1:23
  • Copié
Jean-Luc Boujon // Crédits : Europe 1 , modifié à
La scission des Républicains fait exploser le nombre de listes. À 13 jours seulement du 1er tour, les électeurs sont parfois complètement perdus. Europe 1 s'est rendue à Ambérieu-en-Bugey, dans la 5e circonscription de l'Ain, où la moitié des listes, sont classées à droite. 

Les listes des candidats pour les élections législatives ont été déposées dimanche soir. À gauche, l'offre est globalement assez simple avec une liste Nouveau Front Populaire dans chacune des 577 circonscriptions. À droite, en revanche, c'est beaucoup plus compliqué. La scission des Républicains entre le canal "historique" et le canal "Ciotti qui s'est rapproché du RN", fait exploser le nombre de listes. Résultats : les électeurs sont parfois complètement perdus, à 13 jours seulement du 1er tour. Europe 1 est allée à Ambérieu-en-Bugey, dans la 5ème circonscription de l'Ain, où la moitié des listes, sont classées à droite.

À Ambérieu-en-Bugey, c'est l'embouteillage à droite. Il y a d'abord une liste LR, puis une liste LR/Rassemblement National, tendance Ciotti, une liste Divers Droite portée par l'ex-ministre Damien Abad et enfin une liste Reconquête. De quoi complètement dérouter les électeurs à l'image de René et Daniela. "Il y a énormément de listes à droite et on ne sait plus. C'est très perturbant, tout ça! On ne sait plus très bien pour qui voter ! Il y a trop listes, ça fout le bordel !", estiment-ils. "Ils nous embrouillent", ajoute Nadine, qui du coup ne votera pas à droite. 

Un vrai risque pour le premier tour des élections 

"C'est vraiment loin d'être clair et c'est dommage qu'ils ne soient pas capables d'avoir une entente, de pouvoir être un groupe. Nous, les électeurs, on ne veut pas de quelqu'un qui dise 'Je suis à droite, mais je suis à droite sans être à droite parce que je ne veux pas de l'autre'. Pour moi, c'est de l'enfantillage et du caprice. Ce n’est pas ce dont la France a besoin. Du coup, pour qui voter ? Celui dont on entend le moins parler, c'est Macron. C'est peut-être la solution finalement !", estime Nadine. 

Éric, lui, va aller encore plus loin. "L'électeur de droite dans une circonstance comme ça, en gros, il va voter à gauche. Moi en tout cas je suis prêt à voter à gauche. Ça me fait un peu mal mais oui, je pourrais le faire. À cause de toutes ces listes de droite incapables de s'entendre". La dispersion des voix à droite est donc un vrai risque pour le 1er tour dans 15 jours.