Le jour où Jean-Marie Le Pen a renoncé à tuer un soldat allemand

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Après la mort de son père en 1942, Jean-Marie Le Pen s'était mis en tête de tuer un Allemand pour le venger. Le jour où il en a eu l'occasion, il ne l'a finalement pas fait.
INTERVIEW

"Je m'étais juré de le faire." Jean-Marie Le Pen s'était mis en tête de tuer un Allemand pour venger la mort de son père, Jean Le Pen. Ce dernier, pêcheur, est mort en mer au large de la Trinité-sur-Mer en 1942 lorsqu'une mine qu'il a remontée dans son chalut a explosé et fait couler son bateau. Impossible de savoir si la mine en question était allemande, mais pour Jean-Marie Le Pen, alors âgé de 14 ans, c'était clair, les Allemands avaient tué son père.

A deux doigts de se venger. L'occasion de se venger s'est présentée à lui à la fin de l'été 44, après le débarquement, alors que les Allemands se retiraient. Jean-Marie Le Pen avait gardé toutes les armes de son père, notamment un pistolet 6.35, et s'est caché avec deux amis dans un coin, à la Trinité-sur-Mer. Lorsqu'il voit passer un soldat allemand, seul, il renonce finalement à lui tirer dans le dos après l'avoir pourtant suivi sur 200 mètres. "J'avais quand même tiré de la morale chrétienne et aussi de celle des bandes-dessinées, le fait qu'on ne tue pas quelqu'un dans le dos, quelqu'un qui ne vous menace pas", a-t-il confié dans l'émission Hondelatte raconte sur Europe 1.

"Je me dégonfle." "Quand je suis cet homme avec la main sur mon pistolet et le désir de le tuer, il a l'arme à la bretelle et il marche dans la nuit. S'il se retourne, s'il prend son arme, je tirerai, sûrement à tous risques", précise Jean-Marie Le Pen. Mais cela n'est pas arrivé car il n'a finalement pas eu "le courage" de le tuer : "Je me dégonfle." Fort heureusement, car un tel acte aurait pu provoquer de "terribles" représailles : "Il y a en rade de la Trinité deux ou trois destroyers. Il peut y avoir un déluge de tirs d'artillerie sur la ville, on ne sait pas."

Il "ne regrette pas". Au-delà des représailles, tuer un soldat aurait pu faire de Jean-Marie Le Pen "un héros de la résistance" : "Peut-être un héros mort d'ailleurs." Mais il "ne regrette pas" d'avoir renoncé à tuer cet homme et se satisfait aujourd'hui de ne pas avoir cette mort sur la conscience.

Europe 1
Par G.D.