Laurent Wauquiez dénonce un "concours Lépine des propositions" chez LR

  • A
  • A
"Ça ne peut pas être en permanence le concours Lépine des propositions", estime Laurent Wauquiez. © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Partagez sur :

"Ceux qui utilisent notre temps de parole dans les médias pour taper sur la famille politique doivent cesser", a prévenu le patron des Républicains, mardi devant les députés de son parti. 

Le président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez a jugé mardi devant les députés LR que le parti n'était "pas assez audible" faute d'une "parole commune", dénonçant un "concours Lépine des propositions" dans les rangs de la droite.

"Concours Lépine des propositions". "Si on n'est pas assez audible, c'est parce qu'on ne dit pas tous la même chose. Ceux qui utilisent notre temps de parole dans les médias pour taper sur la famille politique doivent cesser", a déclaré Laurent Wauquiez devant les députés LR, selon des participants à la réunion. "Il faut une parole commune, ça ne peut pas être en permanence le concours Lépine des propositions", a insisté le président de LR, sans nommer ceux à qui ces critiques s'adressaient.

Parmi les hiérarques du parti, le député Guillaume Peltier, premier vice-président du parti, n'avait "pas été déçu" par les annonces d'Emmanuel Macron pour calmer la crise des "gilets jaunes", qu'il avait qualifiées de "victoire pour les classes moyennes". Le député du Loir-et-Cher a également formulé de nombreuses propositions ces derniers mois, comme celle d'une hausse sensible du Smic.

"On a traversé une phase difficile". "Je ne suis ni sourd, ni aveugle. On a traversé une phase difficile car notre électorat est divisé sur les 'gilets jaunes', entre soutien du ras-le-bol et volonté d'ordre", a par ailleurs déclaré Laurent Wauquiez, alors que LR ne semble pas profiter dans les sondages des difficultés de l'exécutif. Mais "on ne tombera pas dans le concours des décibels. Le Pen et Dupont-Aignan jouent le chaos. Nous, on a une autre responsabilité. C'est parfois difficile à court terme, il faut l'assumer dans la durée", a-t-il ajouté.

Laurent Wauquiez a essuyé des critiques depuis le début des manifestations des "gilets jaunes", notamment pour avoir affirmé n'avoir "jamais enfilé" cette tenue, ce qu'a démenti une photographie prise le 24 novembre en Haute-Loire. Il a également a accusé le Journal du dimanche de mener une "entreprise de démolition contre la droite", ciblant un article dans lequel il est écrit que "Wauquiez a posé avec des élus LR déguisés en gilets jaunes" le 17 novembre, reprenant une information publiée par le Canard enchaîné. Le président d'Auvergne-Rhône-Alpes a évoqué des "élucubrations". Le JDD a maintenu ses informations.