Jean-Pierre Raffarin : "Aujourd'hui, les États-Unis ne se comportent pas comme des alliés"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L'ancien Premier ministre a dénoncé sur Europe 1 la politique étrangère de Donald Trump et appelle à "défendre l'Europe".
INTERVIEW

Jean-Pierre Raffarin ne voit plus les États-Unis "comme des alliés". "D'une manière générale, l'Europe a des problèmes avec Donald Trump. Les États-Unis sont des alliés historiques, ils seront sans doute des alliés demain, mais aujourd'hui, ils ne se comportent pas comme des alliés", a estimé l'ancien Premier ministre, interrogé mardi soir par Sonia Mabrouk sur Europe 1. 

"Ils remettent en cause les accords de Paris sur le climat, ils nous empêchent de travailler avec l'Iran et ils veulent nous imposer l'extra-territorialité, c'est-à-dire que la loi américaine s'appliquerait aux entreprises. Ils portent atteinte à notre souveraineté. (...) Quand Donald Trump se retire de l'ONU (du Conseil des droits de l'homme), de l'Unesco, je trouve cela très dommageable. Naturellement il faut changer les règles internationales, mais il ne faut pas assassiner le dialogue. Le dialogue se fait tous ensemble", a poursuivi Jean-Pierre Raffarin, très remonté contre la politique étrangère de l'actuel locataire de la Maison-Blanche. 

>> De 17h à 20h, c'est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Si nous ne soutenons pas l'Europe, nous sortons de l'Histoire" 

L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac, qui soutient la liste LREM aux élections européennes, a également appelé à "défendre l'Europe" pour peser face aux États-Unis. "Les États-Unis, aujourd'hui, sont favorables à un affaiblissement de l'Europe, comme toutes les grandes puissances. Nous avons besoin de l'Europe, face aux États-Unis comme face à la Chine et à la Russie. Si nous ne soutenons pas l'Europe, nous sortons de l'Histoire", a alerté Jean-Pierre Raffarin. 

L'ancien député européen a également appelé une nouvelle fois à se ranger derrière Emmanuel Macron pour les prochaines élections européennes, qui ont lieu dimanche. "Qui défend les intérêts de la France ? Emmanuel Macron. Est-ce l'intérêt de voter contre celui qui défend leurs intérêts ? On élit quelqu'un charger de nous défendre, et au moment où arrive le grand rendez-vous européen, on va affaiblir celui qui est chargé de nous défendre ? Ce n'est pas cohérent. Emmanuel Macron n'est pas sortant au Parlement européen. Il ne faut pas mettre toute l'histoire de l'Europe sur les épaules d'Emmanuel Macron."