Ismaël Emelien, conseiller spécial d'Emmanuel Macron, démissionne

, modifié à
  • A
  • A
Ismaël Emelien suivait Emmanuel Macron depuis son passage à Bercy, lors du quinquennat de François Hollande. © MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :

Le conseiller spécial du président de la République a annoncé sa démission au magazine "Le Point", lundi soir dans une interview. 

Emmanuel Macron perd l'un de ses premiers fidèles. Ismaël Emelien, conseiller spécial du président de la République, a annoncé sa démission au magazine Le Point, lundi soir dans une interview. Il a justifié sa démission par la prochaine parution d'un livre qu'il cosigne sur le progressisme, le chef de l'État ayant interdit à ses conseillers de publier pendant qu'ils sont en poste à l'Elysée. Ce départ, qui sera effectif d'ici fin mars-début avril, déplume un peu plus le premier cercle des "Macroniens". Début janvier, le directeur de la communication et de la presse d'Emmanuel Macron, Sylvain Fort, avait lui aussi annoncé sa démission. 

Un homme de l'ombre. Âgé de 31 ans, Ismaël Emelien est l'un des plus proches d'Emmanuel Macron depuis 2014. Le Grenoblois, homme de l'ombre qui n'a jamais goûté les lumières médiatiques, a accompagné le futur président de la République vers la conquête du pouvoir. Il a successivement suivi Emmanuel Macron au ministère de l'Économie, lors du quinquennat de François Hollande, avant de se charger de la stratégie et de la communication lors de la fondation d'En Marche!. Puis, après l'élection d'Emmanuel Macron, il est devenu son conseiller spécial et l'un des rouages essentiels de la machine élyséenne. 

Ismaël Emelien compte désormais promouvoir son futur ouvrage, co-écrit avec un autre conseiller de l'Elysée, David Amiel. "Je resterai à l'entière disposition du président et je continuerai à l'aider. Je poursuis le même combat, mais par d'autres chemins", a assuré Ismaël Emelien. 

Mis en cause dans l'affaire Benalla. Ces dernières semaines, Ismaël Emelien a été mis en cause dans l'affaire Benalla. L'ex-chargé de mission du président a affirmé à la police lui avoir transmis des vidéos obtenues illégalement auprès de la police, qui étaient censées le disculper dans le déroulé des violences du 1er mai. Ces images s'étaient retrouvées peu après sur des comptes Twitter pro-Macron.

Ismaël Emelien est également cité par Alexandre Benalla qui affirme avoir son soutien dans des enregistrements publiés récemment par Médiapart.