Interdire les Champs-Elysées aux "gilets jaunes" ? "Un acte d'humiliation supplémentaire" pour Marine Le Pen

, modifié à
  • A
  • A
Marine Le Pen 2:30
Partagez sur :
La présidente du Rassemblement national a estimé jeudi, sur Europe 1, que les "gilets jaunes", en voulant défiler sur les Champs-Elysées, cherchaient à se réapproprier un symbole national.
INTERVIEW

Bientôt l'acte 3 ? Les "gilets jaunes" pourraient de nouveau manifester samedi à Paris, une semaine après les débordements sur les Champs-Elysées. Mais il y a fort à parier que l'accès à la plus belle avenue du monde leur soit refusé par la préfecture de police pour des questions de sécurité. "Si les Champs-Elysées sont interdits aux 'gilets jaunes', ce sera ressenti comme un acte d'humiliation supplémentaire", prédit Marine Le Pen, au micro d'Audrey Crespo-Mara, jeudi sur Europe 1.

Le symbole de la France. "C'est quoi les Champs- Elysées ? C'est réservé à qui exactement ? À quelle caste ? Qui a le droit d'aller sur les Champs-Elysées ? Les touristes seulement ?", interroge la députée du Pas-de-Calais."

Samedi 24 novembre, les "gilets jaunes" ont rejeté la proposition des autorités de manifester au Champs-de-Mars, préférant se réunir sur les Champs-Elysées, à proximité du Palais de l'Elysée. En milieu de matinée, les cordons de CRS qui bloquaient l'accès à l'avenue ont finalement laissé s'engouffrer les milliers de "gilets jaunes" massés place de l'Etoile, au niveau de l'Arc-de-Triomphe. "Les Champs-Elysées, c'est une avenue qui est le symbole de la France or les 'gilets jaunes', c'est le peuple français. Eux ont envie de se réapproprier ce qu'ils considèrent comme leur appartenance", estime Marine Le Pen.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

La réaction des forces de l'ordre. "J'ai demandé au gouvernement d'autoriser les Champs-Elysées pour manifester. Si le gouvernement refuse cela, alors ils ferment les Champs-Elysées. Il sait très bien le faire. Il l'a fait le 11 novembre, il l'a fait dans d'autres circonstances", poursuit la fille de Jean-Marie Le Pen, qui veut dénoncer l'attitude des forces de l'ordre le week-end dernier. "Il y a une chose que le gouvernement ne va pas faire : c'est-à-dire ouvrir les Champs-Elysées, et quand tout le monde est dessus, donner l'ordre aux CRS de charger la foule. Ça, ça n'est plus admissible !", s'emporte-t-elle.

Pour cette élue, autoriser le mouvement à défiler sur les Champs-Elysées serait "une forme de considération à l'égard des 'gilets jaunes'". "En 'l'encadrant, en mettant en place les conditions pour que d'éventuels casseurs ou radicaux soient immédiatement interpellés", précise-t-elle.

Europe 1
Par Romain David