"Très choqué" par la vidéo du producteur frappé par des policiers, Macron avertit Darmanin

, modifié à
  • A
  • A
Darmanin et Macron 1:37
La présence de Gérald Darmanin au sein du gouvernement permet notamment à Emmanuel Macron de séduire des soutiens à droite. © ERIC GAILLARD / POOL / AFP
Partagez sur :
Selon des informations d'Europe 1, Emmanuel Macron s'est entretenu par téléphone, puis en tête-à-tête avec son ministre de l'Intérieur après la diffusion d'une vidéo montrant un homme passé à tabac lors de son interpellation par trois policiers. Le chef de l'Etat a réclamé à Gérald Darmanin "des sanctions très claires".
INFO EUROPE 1

Depuis plusieurs jours, certains s’interrogent sur le silence du président de la République quant aux questions de sécurité. Celles-ci sont au cœur de l’actualité, à travers le très controversé article 24 du projet de loi "Sécurité globale, mais aussi avec le démantèlement brutal lundi d’un camp de migrants place de la République à Paris, et la diffusion jeudi matin d’une vidéo montrant trois policiers rouant de coups un producteur de musique pendant son interpellation. Emmanuel Macron est-il en phase ou non avec Gérald Darmanin ? Selon nos informations, le chef de l’Etat est sorti de sa réserve ces dernières heures pour avertir son ministre de l’Intérieur.

"Le président était très choqué"

Quand il a découvert la vidéo de la violente intervention policière sur le producteur de musique, Emmanuel Macron est rentré dans une colère noire. "Le président était très choqué", rapporte un témoin. Il a immédiatement appelé son ministre de l’Intérieur, et les deux hommes se sont retrouvés dans le cadre d'une réunion prévue autour de l'article 24.

Gerald Darmanin a rejoint le chef de l’Etat à l’Elysée, et celui-ci s’est montré ferme : il veut de "l’apaisement" et que des "sanctions très claires" soient prises à l’encontre des policiers concernés, nous rapporte-t-on. Il n’est pas question à ses yeux de laisser de tels actes sans réponse, raison pour laquelle il a notamment été décidé que le ministre de l'Intérieur devait intervenir au 20 heures de France 2.

Gérald Darmanin, une figure essentielle et observée de près au sein du gouvernement

Mais cette conversation sonne aussi comme un nouvel avertissement pour Gérald Darmanin. Car ces derniers jours, Emmanuel Macron avait déjà interpelé son ministre sur la gestion du maintien de l’ordre après la dispersion du camp de migrants à République. Jusqu’à présent dans ce dossier, politiquement et publiquement, c’est le Premier ministre Jean Castex qui était en première ligne, essayant tant bien que mal de tenir la bride de son ministre de l’Intérieur. C’est encore le chef du gouvernement qui a accepté qu’une commission soit mise en place pour réécrire le très controversé article 24 de la loi "Sécurité globale".

Désormais, la pression monte aussi sur le président. Dans son entourage, certains fustigent le fait que Gérald Darmanin n’ait pas eu plus de mots pour la victime lors de son passage télévisé. Au sein du gouvernement, la séquence crée des remous. Toujours selon nos informations, jeudi soir, sur les boucles de messagerie des ministres, aile droite et aile gauche ont débattu. "Sur la sécurité, on n’a pas de ligne structurée et on le paie", nous confiait tard cette nuit un membre du gouvernement.

Politiquement, Emmanuel Macron, qui a fait de la lutte contre les régimes illibéraux son cheval de bataille, se retrouve accusé lui-même de dérive autoritaire. Mais il semble bien qu’il soit décidé à reprendre la main, car le président est sur une ligne de crête : il a besoin de Gérald Darmanin pour capter des soutiens à droite, mais si ce dernier va trop loin, il risque aussi de perdre son électorat plus modéré.

Europe 1
Par Jean-Rémi Baudot, édité par Romain David