Attaque de Nice : le plan vigipirate porté au niveau "urgence attentat"

, modifié à
  • A
  • A
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :
Le Premier ministre Jean Castex vient d'annoncer l'activation de l'état d'urgence attentat, confirmant une information d'Europe 1. Conséquence immédiate : un renforcement des patrouilles et une surveillance physique renforcée autour des lieux de cultes et des cimetières, avec le concours des militaires, dans le cadre de l'opération Sentinelle renforcée.

À la suite de l'attentat de Nice, le plan vigipirate est porté au niveau "urgence attentat" sur l'ensemble du territoire national, a annoncé jeudi devant l'Assemblée nationale le Premier ministre Jean Castex, confirmant une information d'Europe 1. Un conseil de défense aura également lieu vendredi matin. Le chef du gouvernement a dénoncé une "attaque aussi lâche que barbare qui endeuille le pays tout entier", après l'attaque au couteau jeudi contre une basilique en plein coeur de Nice qui a fait trois morts, dont un sacristain.

Le plan vigipirate porté au niveau "urgence attentat", c'est le niveau maximal du plan. Conséquence immédiate : un renforcement des patrouilles et une surveillance physique renforcée autour des lieux de cultes et des cimetières, avec le concours des militaires, dans le cadre de l'opération Sentinelle renforcée.

Selon nos informations, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin vient d'adresser un télégramme à tous les préfets. L'objet : "Renforcement de la surveillance des lieux de culte après l'attaque au couteau de Nice". Dans le document que nous avons pu consulter, Gérald Darmanin leur demande de renforcer immédiatement la surveillance des lieux de culte et des cimetières, particulièrement à l'approche de la fête de La Toussaint.

Le ministre leur demande de "faire preuve d'une vigilance accrue afin de prévenir tout acte qui pourrait être commis par mimétisme". L'emploi des militaires de l'opération Sentinelle est aussi suggéré pour permettre de renforcer le dispositif de police et de gendarmerie.

Europe 1
Par Europe 1 avec Louis de Raguenel, Guillaume Biet et AFP