Les grèves privent la Martinique d'approvisionnement : "On subit"

, modifié à
  • A
  • A
En raison des grèves qui touchent la métropole, les rayons de certains supermarchés martiniquais se vident. 1:12
En raison des grèves qui touchent la métropole, les rayons de certains supermarchés martiniquais se vident. © Fanny Marsot / Europe 1
Partagez sur :
Alors que le mouvement de grève contre la réforme des retraites se poursuit en métropole, ses conséquences se font sentir à plus de 6.000 km de là, en Martinique. À Fort-de-France, les rayons des supermarchés se vident, et les pénuries guettent, notamment concernant les produits frais.
REPORTAGE

Dans les supermarchés martiniquais, certains produits se font rares, ou sont tout simplement introuvables. C'est le cas de la plupart des produits frais, importés directement de métropole. Après plus d'un mois de grèves contre la réforme des retraites, les habitants de l'île commencent à en subir les conséquences. En cause : le blocage des ports et notamment de celui du Havre par les dockers et agents portuaires. Si les bateaux font bien la traversée, les conteneurs sont rarement chargés. Les arrivages sont insuffisants pour réapprovisionner les rayons, comme en témoignent certains commerçants et consommateurs.

"J'étais venue pour du fromage blanc, mais il n'y en a pas", raconte une habitante de l'île. "J'ai fait un peu le tour des hypermarchés, c'est partout pareil, donc on fait ce qu'on peut", poursuit la Martiniquaise, démunie. Et si les blocages continuent, les produits secs comme les pâtes ou le riz pourraient aussi venir à manquer. Des habitants arrivent cependant à s'adapter à la situation. "Je trouve ce que je veux puisque j'achète beaucoup local", explique un habitant de Fort-de-France. "Le reste, je peux m'en passer" poursuit-il. 

Des commandes annulées en attendant le rétablissement de la situation

En attendant, les enseignes ont dû prendre des mesures. C'est le cas de Laurent Bodec, directeur du magasin. "Aujourd'hui on a freiné voire même stoppé des commandes en attendant un rétablissement de la situation. Parce qu'on ne va pas continuer à aller empoter des conteneurs qui ne partent pas. Là, on subit", explique le commerçant, agacé.

Si la grève se terminait demain, on estime qu’il faudrait encore 12 à 15 jours pour remplir les rayons en Martinique. 

Europe 1
Par Fanny Marsot édité par Lucie de Perthuis