Grève des avocats : "Nous ne pouvons pas construire un système universel en laissant dehors un certain nombre de professions"

, modifié à
  • A
  • A
Nicole Belloubet 2000*1000 3:15
La ministre assure que l’augmentation des cotisations des avocats pour la retraite, telle que le prévoit le projet de réforme, sera compensée. © Europe 1
Partagez sur :
Au micro d'Europe 1, la garde des Sceaux Nicole Belloubet a assuré mercredi que la mise en place d'un régime universel des retraites n'empêcherait pas la prise en compte des singularités de chaque profession, comme celle des avocats, qui sont largement mobilisés contre le projet de réforme.
INTERVIEW

Alors qu’un huitième appel à la grève et à la manifestation a été lancé contre la réforme des retraites, les avocats restent toujours largement mobilisés contre le projet du gouvernement. Ils reprochent notamment à la garde des Sceaux de ne pas suffisamment plaider leur cause, et les spécificités de leur profession. "Nous ne pouvons pas construire uns système universel en laissant dehors un certain nombre de professions", a martelé Nicole Belloubet mercredi, au micro de Sonia Mabrouk dans la matinale d'Europe 1.

"Les avocats, pour des raisons liées à l’histoire de leur régime, ont comme position de principe qu’ils ne veulent pas renter dans le régime universel des retraites", explique la ministre de la Justice. "Dès lors que l’on est dans le régime universel, on peut imaginer des solutions pour prendre en compte les spécificités et les singularités", plaide-t-elle.

La première crainte des avocats est celle d'une baisse des pensions. Sur notre antenne, Nicole Belloubet assure que ça ne sera pas le cas : "pour un avocat qui gagne autour de 32.000 euros (par an, ndlr), les pensions vont passer de 2.270 à 2.500 euros (par mois, ndlr). Donc, elles ne baissent pas", argue la ministre. 

"Nous allons baisser les cotisations hors-retraite"

Actuellement, les avocats cotisent vers une caisse de retraites autonome, qui reverse toutefois une partie de son excédent au système général. Outre la disparition de cette caisse, la réforme prévoit d'augmenter sensiblement leur cotisation, fixé à 14% actuellement pour les avocats gagnant moins de 40.000 euros par an. "L’idée est à terme, dans le régime universel, de les amener à 28%. Ça n’est pas un doublement puisque nous allons baisser les cotisations hors-retraite", assure Nicole Belloubet. "Ce sera inscrit dans la loi, le Premier ministre s’y est engagé."

Europe 1
Par Romain David