Grand débat : ce que les Français attendent des annonces d’Emmanuel Macron

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron espère relancer son quinquennat en annonçant la semaine prochaine des mesures pour répondre à la crise des "gilets jaunes".
Emmanuel Macron espère relancer son quinquennat en annonçant la semaine prochaine des mesures pour répondre à la crise des "gilets jaunes". © Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :
Emmanuel Macron va dévoiler lundi soir ses annonces suivant le grand débat. Selon un sondage pour le JDD, les Français espèrent massivement une ré-indexation des petites retraites sur l’inflation ou encore une baisse de l’impôt sur le revenu.
PARU DANS LEJDD

Emmanuel Macron prendra la parole lundi soir pour dévoiler les mesures prises après le "grand débat", et tenter dans le même temps de mettre fin à la crise des "gilets jaunes". Un sondage Ifop pour le Journal du dimanche, publié dimanche, dresse un état des lieux des espérances des Français. Sans surprise, les mesures fiscales et de pouvoir d’achat, notamment en faveur des retraités, sont largement plébiscitées.

Retraites et impôt sur le revenu au cœur des préoccupations. 88% des sondés se disent favorables à une ré-indexation des petites retraites sur l’inflation. 82% se prononcent en faveur d’une baisse générale de l’impôt sur le revenu, un pourcentage presque identique approuvant une suppression de la redevance audiovisuelle (80%). Toujours dans le cadre des mesures sociales, la création d’une allocation unique en faveur des plus démunis recueille l’approbation de 72% des sondés.

Le référendum, une vraie attente. L’assouplissement du référendum, une mesure au cœur des demandes des "gilets jaunes", recueille également une large adhésion. 76% des personnes interrogées se disent ouvertes à un assouplissement des conditions permettant aux citoyens de proposer des référendums. L’abandon des projets de privatisation (Française des jeux, aéroports de Paris) fait moins l’unanimité, avec 62% d’opinions favorables. Les sondés sont en revanche opposés à 61% à une suppression de l’ENA (école nationale d’administration).  

*L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 972 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus