"Gilets jaunes" à Bordeaux : "dans les rues, il n'y a pas une majorité de Bordelais", selon Juppé

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Alors que les "gilets jaunes" s'apprêtent à lancer leur "acte 9", notamment à Bordeaux, le maire de la ville, Alain Juppé, a déploré sur Europe1 l'hostilité développée par certains habitants du département contre la métropole. 
RÉACTION

Pour l'"acte 9" de leur mobilisation, samedi, les "gilets jaunes" ont notamment appelé à descendre dans les rues de Bordeaux, où plus de manifestants s'étaient mobilisés la semaine dernière que dans la capitale. Le maire de la ville, Alain Juppé, a livré son analyse à Europe 1. 

"Une très grande majorité de personnes venues de l'extérieur de la métropole". "Pourquoi ici ? D'abord parce que Bordeaux concentre toute cette population venue de l'ensemble de la Nouvelle-Aquitaine - quand vous regardez ce qu'il se passe dans les rues, il n'y a pas une majorité de Bordelais, c'est une très grande majorité de personnes venues de l'extérieur de la métropole, voire du département", a-t-il expliqué.

A Bordeaux 17% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. "Deuxièmement, il y a cette idée répandue par certains - qui me paraît extrêmement dangereuse parce qu'elle est fausse -, à savoir que la métropole par sa beauté, sa richesse, son attractivité asphyxierait les territoires qui sont autour. C'est faux. La croissance démographique de la Gironde en dehors de la métropole est équivalente à celle de la métropole. La population de l'ensemble du département se développe. En terme de revenu par habitant, la Gironde se classe dans les 25 premiers départements de France, ce n'est donc pas un département pauvre. En revanche, à Bordeaux 17% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Ne simplifions pas les choses. Quand je dis que c'est une faute, c'est parce que dans le contexte actuel, dresser les gens les uns contre les autres ne va pas faire avancer les solutions." a-t-il argumenté.