EXCLUSIF - Le père de Jean Castex l’affirme : "Ce n’est pas un énarque du 16e arrondissement"

, modifié à
  • A
  • A
Jean Castex Premier ministre Matignon Ludovic MARIN / POOL / AFP 1:19
Jean Castex, originaire du sud-ouest, a été nommé vendredi Premier ministre. © Ludovic MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :
Emmanuel Macron a choisi comme nouveau Premier ministre le haut fonctionnaire Jean Castex, quasi inconnu du grand public. Dans une interview accordée à Europe 1, le père du locataire de Matignon a assuré que son fils "n'est pas un énarque du 16e arrondissement de Paris."
EXCLUSIF

Pour remplacer Édouard Philippe à Matignon, Emmanuel Macron a nommé vendredi Jean Castex, un haut fonctionnaire largement méconnu du grand public. Issu de la droite (LR) et de l'ENA, comme son prédécesseur, le nouveau Premier ministre était chargé du déconfinement au sein du gouvernement depuis avril. Mais le père de Jean Castex l'a assuré, samedi matin dans une interview accordée à Europe 1 : son fils "n'est pas un énarque du 16e arrondissement de Paris".

"Il connaît le terrain. Il y a des hauts fonctionnaires qui sont vraiment hauts fonctionnaires, mais lui il connaît les communes. Il est très sympa", a même ajouté Claude Castex. 

"Il n'est pas bling-bling"

Claude Castex en a profité pour retracer le parcours de son fils, originaire du sud-ouest. "Il a passé sa jeunesse au rugby, avec moi qui étais président du club. Il a passé toutes ses vacances à s’occuper du bétail avec un fermier. Il a les pieds sur terre, il n’est pas bling-bling", a certifié l'ancien chef d'une entreprise dans l'agro-alimentaire. Jean Castex, maire de Prades dans les Pyrénées-Orientales, a "toujours baigné dans la politique", son grand-père Marc ayant été sénateur dans les années 1980. 

"Son grand-père paternel était maire d’une petite ville du Gers, dont nous sommes issus. Il l’a suivi dans sa campagne quand il s’est présenté aux sénatoriales en 1981. Ça fait un moment qu’il est dans le bain, ça lui plaît beaucoup de s’occuper des autres."

"La popularité ne sera pas sa première préoccupation" 

Jean Castex arrive à Matignon alors que la cote de popularité d'Édouard Philippe est au plus haut, après trois ans de mandat. Mais Claude Castex est catégorique : "la popularité ne sera pas sa première préoccupation". "C’est à lui de se faire aimer par les citoyens et par les Français. Il fera ce que lui demandera le président de la République, avec son caractère. Il ne saura peut-être pas toujours faire, et la popularité ne sera pas sa première préoccupation. Il a été élu largement dans sa ville de Prades, c’est donc qu'il a su se rendre populaire", a estimé Claude Castex. 

"C’est un haut fonctionnaire, c’est sûr. Après, sur le talent, c’est aux Français et au président de juger."