Européennes : Yannick Jadot espère "16% comme en 2009"

  • A
  • A
Partagez sur :
Chez Anne Roumanoff, la tête de liste des écologistes pour les élections européennes affiche ses ambitions, à un peu moins de deux mois du premier tour du scrutin.
ANNE ROUMANOFF, ÇA FAIT DU BIEN

Le chef de file d'EELV pour les élections européennes, Yannick Jadot, souhaite faire de l'écologie l'enjeu central du scrutin à venir. Chez Anne Roumanoff vendredi, il déplore l'inaction d'Emmanuel Macron en matière d'écologie et affiche les ambitions pour la liste écologiste.

>> De 11h à 12h30, c’est tous les jours Anne Roumanoff sur Europe 1 ! Retrouvez le replay de l’émission ici

"On sait à quel point le dérèglement climatique est là". Yannick Jadot est "vert de frustration" face à la politique d'Emmanuel Macron en matière d'écologie. Un sentiment nourri, selon lui, par l'inaction du président de la République et de son gouvernement au sujet des questions climatiques. "On sait à quel point le dérèglement climatique est là, on en voit les conséquences climatiques tous les jours. Il fait chaud l'hiver, très très chaud l'été, les inondations, les sécheresses, la pollution de l'air, nos enfants dans les écoles qui toussent", liste Yannick Jadot au micro d'Europe 1.

"On doit être très convaincant". La tête de liste EELV s'est personnellement pliée à des tests pour détecter des pesticides dans son organisme. Au niveau de ses urines, Yannick Jadot a "19 fois la norme autorisée de glyphosate dans l'eau". "On en a tous dans notre organisme et ce n'est pas une bonne nouvelle, car ce sont des perturbateurs endocriniens qui modifient notre développement et peuvent générer des cancers", déplore l'homme politique.

Face à ses enjeux, Yannick Jadot annonce le score qu'il aimerait atteindre lors de ces élections européennes. "On veut refaire les meilleurs scores que l'on a pu faire : c'était 16% en 2009", souligne-t-il. "On est dans un moment où l'urgence est telle que l'on doit être très convaincant dans cette campagne électorale. Pour faire comprendre aux Français que pour sauver le climat, il faut sauver l'Europe", conclut le chef de file écologiste.

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau