En PACA, l'alliance de Muselier et de LREM "va contribuer à la victoire du RN", assure Abad

, modifié à
  • A
  • A
Damien Abad est le président du groupe LR à l'Assemblée nationale. 4:20
Damien Abad est le président du groupe LR à l'Assemblée nationale. © Europe 1
Partagez sur :
Invité dimanche d'Europe 1, le président du groupe LR à l'Assemblée nationale Damien Abad est revenu sur le retrait de la liste LREM au profit du président de la région Paca Renaud Muselier. Une telle alliance, estime-t-il, "va contribuer à la victoire du RN". 
INTERVIEW

À quelques semaines des élections régionales, la droite se serait bien passée d'une telle crise. Dimanche, le Premier ministre Jean Castex a annoncé le retrait de la liste LREM en PACA au profit du président sortant LR Renaud Muselier, poussant le patron des Républicains Christian Jabob à retirer l'investiture à ce dernier. Interrogé par Europe 1, le président du groupe LR à l'Assemblée nationale Damien Abad défend la décision de son parti, fustigeant une alliance "contre-nature" qui "va contribuer à la victoire du RN" dans la région. 

"On ne peut pas vouloir porter les couleurs de LR et faire des alliances de circonstance avec un parti que l'on combat au niveau national", estime-t-il. Par ailleurs, assure Damien Abad, "je ne suis pas sûr que cette alliance puisse faire barrage au RN. Je pense à l'inverse qu'elle va contribuer à la victoire du RN, car l'électorat de droite va se sentir déboussolé, isolé, et risque soit d'aller au RN soit de se réfugier dans l'abstention". 

"Au premier tour, on doit défendre ses couleurs"

Pour Damien Abad, la personne de Renaud Muselier, qui "a fait un travail remarquable" à la tête de la région, n'est pas en cause. La question, précise-t-il, "est politique". "On ne peut pas faire de la confusion avec LREM alors que l'objectif de la droite doit être de porter un candidat à la présidentielle pour incarner une alternance à Emmanuel Macron et Marine Le Pen", martèle-t-il. Aussi, Christian Jacob "a bien fait" de décider de retirer l'investiture au président sortant. 

Reste qu'en PACA, les sondages placent bel et bien le RN en tête. Face au risque d'une victoire du parti de Marine Le Pen, LR laisse-t-il une porte ouverte à une alliance au second tour ? "Au premier tour, on doit défendre ses couleurs, porter ses convictions, et on rassemble au second tour", répond Damien Abad. "Si on fait un front républicain dès le premier tour, il y a le risque qu'à la fin, ça soit le RN qui gagne car les électeurs de droite se sentiront bafoués et iront se réfugier dans le vote RN ou l'abstention."

Pour ces élections régionales, "il faut gagner seul, sans nos alliances", insiste Damien Abad, soutenant que la droite est "en position de force". "On n'a pas à être fébrile, on a la capacité de gagner des régions et de les conserver."

"La majorité prend un grand risque"

L'investiture ayant été retirée à Renaud Muselier, LR va-t-il proposer un nouveau candidat ? "La décision n'est pas prise", répond l'invité d'Europe 1, indiquant que la question sera abordée mardi en comité stratégique. Une telle option aurait un avantage et un inconvénient, estime-t-il. L'avantage serait de "faire en sorte que notre électorat n'aille pas au RN et puisse se retrouver sur une liste de droite soutenue par LR". Mais le risque serait "de faire passer au second tour uniquement la liste RN et la liste de gauche". 

Le patron des députés LR a donc la dent dure contre la majorité, qui, "en voulant disloquer la droite, prend un grand risque, celui de faire basculer la région entre les mains du RN". Et de conclure : "Si c'est le cas, elle en portera l'entière et unique responsabilité". 

Europe 1
Par Antoine Terrel