Condamnation de Patrick Balkany : "Nous voulons protéger notre client", affirme un avocat

  • A
  • A
patrick balkany, éric dupond-moretti, 1:41
Patrick Balkany arrive au tribunal de Paris, pour le dernier jour de son procès, accompagné par son avocat Eric Dupond-Moretti. © Eric FEFERBERG / AFP
Partagez sur :
Au lendemain de l'incarcération de Patrick Balkany à la prison de la Santé, vendredi, ses avocats, dont Éric Dupond-Moretti, se sont rendus à la prison pour déposer des affaires personnelles de leur client et le conseiller. 
REPORTAGE

À la prison de la Santé, à Paris, où Patrick Balkany a été incarcéré, vendredi soir, le maire de Levallois-Perret, a reçu la visite de ses avocats, samedi, pendant une heure. L'avocat Éric Dupond-Moretti est arrivé avec deux de ses associés, dont Antoine Vey, affichant un visage fermé. Éric Dupond-Moretti est ensuite entré dans la prison avec une grosse enveloppe blanche sous le bras remplie de dossiers pour s'entretenir avec Patrick Balkany.

Les avocats sont ressortis au bout d'une heure et quart sans donner d'informations majeures à la presse. "On arrête le cirque et la meute, si vous voulez bien. C'est plié pour aujourd’hui. On n'a rien à dire, rien", a déclaré Éric Dupond-Moretti. 

"Nous voulons protéger notre client"

L'un des avocats a toutefois glissé : "Nous voulons protéger notre client", avant qu'Antoine Vey revienne à la prison de la Santé quelques minutes plus tard pour déposer des effets personnels à son client.

Patrick Balkany a donc passé la nuit dans une cellule individuelle standard de 9m² avec coin douche, toilettes, frigo, télévision et téléphone fixe. Toutes ses conversations peuvent être écoutées, sauf celles avec son avocat. Sa cellule est située au deuxième étage de la prison de la Santé dans le quartier des personne vulnérables, un quartier réservé aux détenus médiatiques. Alexandre Benalla y a notamment passé une semaine en début d'année

Dans l'attente d'un nouveau jugement 

Les avocats de Patrick Balkany ont confirmé à Europe 1 qu'ils avaient bien déposé une demande de mise en liberté, vendredi, qui sera examinée au plus tard dans les deux mois. Mais l'espoir de ressortir de prison paraît mince pour Patrick Balkany car un nouveau jugement l'attend le 18 octobre prochain pour blanchiment et corruption

Europe 1
Par Victor Dhollande, édité par T.F