Ce large remaniement qu'Emmanuel Macron et Édouard Philippe préparent

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Édouard Philippe devrait être à la tête d'un nouveau gouvernement au plus tard mardi soir. Entre besoins techniques et équilibres politiques, le remaniement ne sera pas une affaire de détails, selon l'éditorialiste d'Europe 1 Michaël Darmon.
EDITO

Exit Philippe 2 : l'Élysée va annoncer, lundi ou mardi, un gouvernement Philippe 3, après le départ fracassant de Gérard Collomb, la semaine dernière. Pour l'éditorialiste d'Europe 1 Michaël Darmon, ce remaniement devrait être assez large, pour permettre à Emmanuel Macron de retrouver de l'oxygène après une rentrée compliquée.

"Cette fois, c’est sérieux. Pas un ajustement de ressources humaines, mais bien une volonté de l’exécutif de retrouver de l'oxygène. Lundi, Édouard Philippe devrait présenter la démission de son gouvernement au président de la République. Emmanuel Macron va renommer un Premier ministre et ça sera Edouard Philippe : il sera chargé de former un nouveau gouvernement. En fait, il est en gestation depuis déjà plusieurs jours et le week-end a été consacré à annoncer aux uns qu’ils devaient faire leurs cartons et à d’autres qu’ils étaient pressentis.

Ce remaniement large est souhaité par Édouard Philippe depuis la crise avec Nicolas Hulot. L'ancien maire du Havre est excédé par les crises à répétitions qui gênent le bon fonctionnement du gouvernement. Pour le Premier ministre, il ne s’agit donc pas d’une péripétie mais bien d’une crise de fonctionnement et Emmanuel Macron a accepté le principe d’une redistribution des cartes afin de faire repartir la machine. Pour autant, il ne s’agit pas d’un tournant dans la politique menée par le président. D’où les hésitations entre les recrutements techniques et politiques. Avec un critère : plus une tête qui ne dépasse, pas de diva.

>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Même s'il reste une incertitude, le profil de Jean Castex, révélé par le JDD, est regardé de près, et c’est même celui qui a été approché assez rapidement. Ancien secrétaire général de l’Élysée sous Nicolas Sarkozy mais aussi spécialiste des questions sociales, élu local et connaisseur de la carte électorale, il connaît la machine de l’État. Si c’était lui, alors cela veut dire que le centre de gravité du gouvernement sera au centre droit. De même que le MoDem va certainement tirer parti du rapport de force créé lors de l’élection du président de l’Assemblée nationale. On parle de l’entrée au gouvernement de Marc Fesneau, candidat lors de cette même élection, peut-être pour remplacer Stéphane Travert, actuel ministre de l'Agriculture, donné partant ou transféré ailleurs. D’autres noms de personnalités MoDem, comme celui de Jean-Noël Barrot, reviennent régulièrement.

Entendu sur europe1 :
Il va falloir remplacer Françoise Nyssen, que beaucoup donnent partante d’un ministère dépecé

Autre équation politique : il faudra bien traiter les Marcheurs de la première heure, car certains commencent à râler. On parle d’un grand ministère de l’Égalité pour Marlène Schiappa ou d’un périmètre plus large pour Julien Denormandie, aujourd'hui secrétaire d'État auprès de Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires. Mais d’autres s’inquiètent pour leur poste, comme Mounir Mahjoubi au numérique. Sébastien Lecornu peut aussi récupérer un ministère plein, lui qui est actuellement secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy. Et il va falloir remplacer Françoise Nyssen, que beaucoup donnent partante d’un ministère dépecé. 

Lundi ou mardi, sur le perron du Château, le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler va donc annoncer la liste du gouvernement Philippe 3. Après quinze mois au pouvoir, Emmanuel Macron bouge ses propres lignes tout en gardant la même ligne politique. L’objectif est de faire la même chose mais avec une nouvelle équipe."

Europe 1
Par Michaël Darmon, édité par Thibaud Le Meneec