Brice Hortefeux sur Les Républicains : "On doit être la meilleure alternance possible"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Pour l'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, invité du Grand Rendez-vous Europe 1/CNews/Les Échos, Les Républicains peuvent rebondir sous trois conditions.
INTERVIEW

Plus de quatre mois après leur revers historique aux élections européennes (8,48%), Les Républicains tentent difficilement de rebondir dans le paysage politique français. Comment transformer un parti moribond en formation capable d'engranger des succès en 2020 et 2021, avant de tenter de reprendre le pouvoir en 2022 ? Pour Brice Hortefeux, ancien ministre de Nicolas Sarkozy et invité du Grand Rendez-vous Europe 1/CNews/Les Échos, il faut que le parti de droite réunisse trois conditions.

D'abord, "il faut que nous soyons unis", selon Brice Hortefeux. Et le député européen de fustiger "une période, depuis 2012", lors de laquelle les invités du parti de droite prenaient trop de positions différentes. "L'union, ce n'est pas l'alignement des petits pois", résume-t-il.

Baroin doit transformer "la promesse en espoir"

"Deuxième élément très important, que nous comprenions bien tous que notre objectif ne doit pas être d'être la meilleure opposition possible, mais la meilleure alternance possible", nuance Brice Hortefeux. "Il y a des tas de gens pour la meilleure opposition possible, La France insoumise, le Rassemblement national, mais on doit être la meilleure alternance possible." Le troisième élément à réunir pour Les Républicains est d'être "lucides sur la situation du gouvernement" : "Notre rôle doit être de montrer ce que le gouvernement cherche à cacher", défend l'eurodéputé. 

Quelle est la personnalité d'incarner le mieux ce rebond voulu par Brice Hortefeux ? S'il soutient Christian Jacob pour la présidence des Républicains, l'ancien ministre voit en François Baroin celui qui pourrait le mieux porter les couleurs des Républicains : "François Baroin, c'est 'la promesse de l'Aube'. Il lui appartient, s'il le souhaite, de transformer cette promesse en espoir."

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec