Belliard (EELV) questionne la fibre verte d'Anne Hidalgo, "maire qui se dit écolo"

  • A
  • A
David Belliard, tête de liste EELV aux municipales à Paris, s'en est pris à Anne Hidalgo samedi.
David Belliard, tête de liste EELV aux municipales à Paris, s'en est pris à Anne Hidalgo samedi. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
Le candidat EELV à la mairie de Paris a mis en doute, samedi, la fibre écologiste d'Anne Hidalgo. 

Le candidat EELV à la mairie de Paris David Belliard a mis en doute samedi à Toulouse la fibre écologiste de l'actuelle édile Anne Hidalgo qui ne serait pas "une maire écolo" mais seulement "une maire qui se dit écolo". 

Des avancées...

"La question c'est : Anne Hidalgo, c'est une maire écolo ? Non c'est une maire qui se dit écolo", a déclaré David Belliard, lors d'une plénière consacrée aux municipales au cours des Journées d'été des Verts à Toulouse. La tête de liste écologiste aux municipales a énuméré un certain nombre d'avancées lors de la mandature d'Anne Hidalgo, qu'il s'agisse de la piétonnisation des Berges de Seine, du plan vélo, de l'extension du bio dans les cantines, ou de l'amélioration de la situation des migrants.

Mais ces points positifs sont à mettre au crédit des écologistes, partenaires de Mme Hidalgo au sein de l'actuelle majorité, a estimé le chef de file du groupe EELV au Conseil de Paris. "Le bilan écologiste d'Anne Hidalgo c'est le bilan des écologistes", a-t-il dit, en déplorant que les socialistes se l'approprient parfois. 

...mais aussi de mauvais choix

Il a regretté a contrario un certain nombre de choix, à mettre au compte des socialistes parfois alliés à la droite : projet de Tour Triangle et d'une "Petite Défense" dans le 12e arrondissement, organisation des Jeux Olympiques en 2024 ou d'une compétition de formule électrique dans Paris, décision de continuer à financer l'incinérateur d'Ivry...

Anne Hidalgo multiplie les projets écologiques alors que les élections municipales de mars 2020 se profilent, annonçant notamment la végétalisation tous azimuts des rues et places de la capitale, la création de "forêts urbaines" ou en décrétant la ville "en état d'urgence climatique".