Barcelone : Manuel Valls pense qu'une "remontada" est "possible"

, modifié à
  • A
  • A
Manuel Valls croit en ses chances de remporter la course à la mairie de Barcelone.
Manuel Valls croit en ses chances de remporter la course à la mairie de Barcelone. © Pau Barrena / AFP
Partagez sur :
Alors que la campagne des élections municipales s'est ouverte, vendredi, à Barcelone, Manuel Valls reste distancé dans les sondages. Mais l'ancien Premier ministre français garde espoir.

Les récents matches de Ligue des champions au scénario rocambolesques l'ont sans doute inspiré, tout comme le 6-1 infligé par son club de cœur au Paris Saint-Germain, il y a deux ans : l'ancien Premier ministre français Manuel Valls, distancé dans les sondages, pense qu'une "remontada" est "possible" dans sa course à la mairie de Barcelone.

Une remontada "en marche"

Interrogé sur la possibilité d'une "remontada" politique, comme en football, en vue du scrutin du 26 mai, Manuel Valls a répondu "absolument, pas qu'au football". "C'est possible", a-t-il estimé au micro du correspondant d'Europe 1 à Barcelone. "Elles (les remontadas) existent, vous allez voir, elle est en marche", a-t-il déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi, après avoir lancé sa campagne en collant des affiches.

Manuel Valls, soutenu par le parti libéral Ciudadanos, est opposé notamment dans la course à la mairie de Barcelone à la maire sortante de gauche radicale, Ada Colau, et au candidat indépendantiste Ernest Maragall du parti ERC (Gauche républicaine de Catalogne).

Quatrième dans les sondages

Selon un sondage publié jeudi par l'institut gouvernemental CIS, Manuel Valls arriverait en quatrième position avec près de 12% des voix. Ada Colau et Ernest Maragall seraient au coude-à-coude pour remporter la mairie et les socialistes arriveraient en troisième position. Mais l'ancien Premier ministre français, quatrième dans les sondages, veut croire en ses chances. "J'ai envie de convaincre et vous allez voir, on va créer de belles surprises. (…) Je veux gagner", a-t-il assuré. 

"Ces quinze jours (de campagne jusqu'aux élections du 26 mai) sont faits précisément pour convaincre face à l'indécision. (…) Je représente le changement, un changement réel, possible, face à la gestion de ces quatre années passées, au risque que représente l'indépendantisme" catalan, a-t-il ajouté.

Né espagnol, élevé à Paris par un père catalan et une mère italo-suisse et naturalisé français à 20 ans, Manuel Valls s'est engagé politiquement en Espagne et à Barcelone après l'échec de ses ambitions présidentielles en France en 2017.