Municipales : "la victoire du RN à Marseille constituera un tremblement de terre", assure Marine Le Pen

  • A
  • A
ravier Le Pen meeting marseille 1:36
À quelques jours du premier tour des élections municipales, Marine Le Pen est venue soutenir vendredi Stéphane Ravier, candidat du Rassemblement national dans la cité phocéenne. © Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP
Partagez sur :
À quelques jours du premier tour des élections municipales, Marine Le Pen est venue soutenir vendredi Stéphane Ravier, candidat du Rassemblement national dans la cité phocéenne. Devant 800 militants présents au Parc Chanot, Stéphane Ravier a particulièrement visé Martine Vassal (LR), la désignant comme adversaire numéro un.

Marseille est dans le viseur du Rassemblement national. Et pour conquérir la cité phocéenne le 22 mars, le RN a décidé de faire venir sa présidente. Pour son seul meeting durant la campagne des élections municipales, Marine Le Pen est descendue à Marseille soutenir Stéphane Ravier, devant 800 militants rassemblés vendredi soir au Parc Chanot. "La France vous regarde, car la victoire du Rassemblement national à Marseille constituera un tremblement de terre qui secouera le monde politique jusqu'à Paris et fera trembler le palais de l'Élysée et son locataire", a lancé Marine Le Pen, croyant dur comme fer à une victoire de son parti dans quinze jours.  

Martine Vassal désignée adversaire numéro 1

En 2014, Stéphane Ravier était arrivé deuxième au soir du premier tour avec 23% des suffrages, loin derrière Jean-Claude Gaudin (LR) et ses 37%. Mais cette année, les choses seront différentes. Le maire historique de Marseille, élu depuis 1995, ne se représente pas pour un cinquième mandat. Le Rassemblement national veut donc "tourner la page du système", en désignant Martine Vassal (Les Républicains) comme sa principale adversaire et en la présentant comme l'héritière du maire sortant.

"Ce n'est pas moi qui ait abandonné plus d'un quart des Marseillais dans la pauvreté : c'est Martine Vassal et ses amis ! Ce n'est pas moi qui ait laissé les immeubles se détériorer au point de s'effondrer : c'est l'incurie de Martine Vassal et de ses amis ! Ce n'est pas moi qui me bats à coups de machette ou à coup de sabre, ce sont les migrants !", a lancé Stéphane Ravier, tête de liste du Rassemblement national devant ses partisans. 

Immigration, insécurité et clientélisme : des thèmes classiques pour le parti d'extrême droite et qui résonnent aux oreilles des militants. Cette fois, ils croient en la victoire de leur candidat. "L'époque Gaudin est révolue, les gens se révoltent. On tourne une page avec un renouveau pour retrouver Marseille". 

Un mode de scrutin particulier

Mais le plafond de verre pour le Rassemblement national sera difficile à percer, en raison du mode du scrutin. Chacun des huit secteurs aura des élus au Conseil municipal, et ce sont eux qui désigneront le maire. Aussi, pour s'assurer la victoire finale, il faut arriver en tête dans une majorité de "gros" secteurs", qu'importe le nombre de voix sur l'ensemble de la ville. Aussi, Stéphane Ravier avait été élu en 2014 grâce à une triangulaire au second tour. Il est possible qu'au second tour cette année, l'option choisie soit le Front républicain face au Rassemblement national.

Les autres candidats du 7ème secteur à Marseille : 

  • Julien Rossi, Marseille avant tout avec Samia Ghali
  • David Galtier, Une volonté pour Marseille avec Martine Vassal
  • Danièle Pécout, Faire entendre le camp des travailleurs
  • Karine Harouche, Marseille autrement
  • Mohamed Bensaada, Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire
  • Marie-Florence Bulteau-Rambaud, Berland 2020
  • Jérémy Baccghi, Le Printemps marseillais
  • Farid Zidane, Fiers de nos quartiers

Europe 1
Par Nathalie Chevance, édité par Ariel Guez