Hollande prêt à lutter "contre les bandes"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Le candidat PS à l'Elysée François Hollande a affirmé lundi à Dijon sa détermination à "lutter contre les bandes" et "les multirécidivistes", soulignant l'augmentation des violences aux personnes sous la droite depuis 10 ans.

"Les violences aux personnes ont progressé en 10 ans de 20%, jamais elles n'avaient atteint un tel niveau", a déclaré François Hollande lors d'une conférence à l'issue de sa visite à Dijon, sur le thème de la lutte et de la prévention contre la délinquance des mineurs.

"Ceux qui ont prôné la culture du résultat vont avoir le résultat de leur politique", a-t-il lancé à l'intention de Nicolas Sarkozy. Il a promis pour sa part "une transparence totale", tout en soulignant que "l'objectif des forces de police n'est pas de remplir des bordereaux statistiques". Affirmant qu'il y a, selon lui, "130.000 peines non appliquées", il a affiché sa volonté de faire en sorte que "toute peine soit exécutée".

Lors d'une visite d'un quartier de Dijon, les Grésilles, où le chômage des jeunes atteint 47 % sur fond de petite délinquance, le député de Corrèze a pris l'engagement, s'il était élu en mai prochain, de "généraliser les Contrats locaux de prévention de la délinquance, déjà conclus entre l'Etat et certaines agglomérations" pour qu'ils "deviennent la règle".

Clin d’œil à Ségolène Royal, il s'est prononcé pour une "démocratie participative" en matière de prévention de la délinquance. Il a aussi plaidé pour une police "au plus près" des gens, notant que "patrouilleurs ou police de proximité tout le monde est revenu" à cette idée.

François Hollande a affirmé sa détermination à combattre "les multirécidivistes" estimant qu'il y a "une obligation de sortir ces individus des quartiers" et à "lutter contre les bandes", rappelant son programme de création de "zones de sécurité prioritaires" et la création de 1.000 postes par an globalement dans la police, la gendarmerie et la justice.

"La politique que je propose est fondée sur quatre principe" : "prévention", "dissuasion", "sanction" et "réparation" des victimes, a-t-il résumé.