2.000 maires reçus à l'Elysée : "J’ai bavardé avec le président, mais ça ne veut pas dire que ce que j’ai demandé va être réalisé"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Après une première partie de quinquennat marquée par de nombreuses tensions, Emmanuel Macron continue de tenter d'éteindre la colère des maires. Mercredi soir, 2.000 édiles ont été reçus à l'Elysée par un chef de l'Etat qui s’est montré particulièrement disponible.
RÉCIT

Emmanuel Macron continue sa grande opération séduction auprès des maires. Mercredi soir, en marge du Congrès de l’Association des maires de France, le président de la République recevait 2.000 élus à l’Elysée. Durant trois heures, sous les ors de la salle des fêtes, le chef de l’Etat s’est employé à adoucir son image auprès des élus locaux.

Tapis rouge sur les marches du Palais, buffet, et petit carnet au logo de l'Elysée pour chaque convive... bref, la présidence avait mis les petits plats dans les grands. De quoi ravir de nombreux élus, comme Michel Guégan, maire de Val d’Oust dans le Morbihan, et qui est reparti avec un sac sous le bras. "Ce sont des petits cadeaux pour les petits enfants à Noël", lâche-t-il, fier de brandir une tasse estampillée "Vive la République, vive la France !"

"La forme est importante, mais pour moi les actes sont plus forts"

"La soirée a été parfaitement chorégraphiée", de l’aveu même d’un proche d’Emmanuel Macron. Le président a multiplié les selfies, s’est montré disponible sur tous les sujets. Il a évoqué avec ses interlocuteurs, pêle-mêle : les dotations, l’accès au haut-débit, ou encore les rythmes scolaires. Noëlle Leforestier, maire de Pirou dans La Manche, lui a parlé de la complexité administrative. "Je me suis sentie écoutée. J’ai bavardé quelques instants avec le président, mais ça ne veut pas dire que ce que j’ai demandé va être réalisé. Je ne me fais pas d’illusion", explique-t-elle.

Mais cette opération de charme n’a qu’à moitié convaincu Jérémy Giuliano, jeune élu du Val, dans le Var. "La forme est importante, mais pour moi les actes sont plus forts. Au quotidien, je suis dans ma commune, et c’est dans ma commune que j’attend des actes, pas à l’Elysée", relève-t-il. "On ne va pas régler les problèmes ce soir", renchérit un autre maire. Quant à Emmanuel Macron, il entend bien renouveler l’opération l’année prochaine.

Europe 1
Par Hadrien Bect, édité par Romain David