LA QUESTION SEXO - Nous avons un rapport sexuel par mois depuis notre emménagement ensemble, est-ce normal ?

, modifié à
  • A
  • A
La sexologue Catherine Blanc répond à un auditeur qui s'inquiète de sa baisse de libido depuis l'emménagement avec son compagnon. 4:55
La sexologue Catherine Blanc répond à un auditeur qui s'inquiète de sa baisse de libido depuis l'emménagement avec son compagnon. © Pixabay
Partagez sur :
Dans l'émission "Sans Rendez-Vous" sur Europe 1, la sexologue Catherine Blanc répond à un auditeur qui s'inquiète de sa baisse de libido depuis l'emménagement avec son compagnon. 
EUROPE 1 VOUS ACCOMPAGNE

La première installation dans un appartement à deux peut être synonyme pour certains de baisse de libido. Martin et son compagnon en font les frais. Depuis six mois, date de leur emménagement, ils ne font plus l’amour qu’une seule fois par mois, au mieux. La situation inquiète le jeune homme. Dans l’émission Sans Rendez-Vous sur Europe 1, Catherine Blanc, sexologue et psychiatre, répond à la question de cet auditeur.

La question de Martin, 25 ans

"Je suis en couple avec mon copain depuis deux ans, mais voilà depuis que nous avons emménagé ensemble, il y a six mois, nous sommes devenus un vieux couple. Nous avons au mieux un rapport sexuel par mois. Je trouve que c’est peu et cela me pèse, est ce que c’est normal ?"

>> Retrouvez toutes les questions sexo en replay et en podcast ici

La réponse de Catherine Blanc 

"Ils s’installent au sens propre et figuré du terme : dans une routine, dans un fonctionnement, dans une sécurité. Tant qu’on n’est pas ensemble, on est toujours dans le risque de ne pas savoir où est l’autre, que fait l’autre, est ce qu’il pense à moi ? La sexualité est un moyen de retisser le lien, de vérifier. Une fois que l’on est installé ensemble, on peut avoir tendance à remettre au lendemain ou dix jours plus tard, puisque finalement on prend aussi du plaisir à cuisiner ensemble, à regarder un film. La sexualité n’est plus nécessairement le moyen du lien.

Pourtant, à 25 ans, on est encore un jeune couple ?

Le désir de faire couple, de faire comme les grands, il est à tous les âges. On peut avoir 25 ans et être un vieux couple. J’ai été très surprise quand le terme de couple est arrivé dans la bouche d’adolescents. A priori, c’est un terme d’adulte. Martin et son compagnon ont 25 ans et pensent que le couple n’est plus une histoire de sexualité.

Dans les couples homosexuels masculins, cette problématique s'observe plus encore. Souvent la sexualité homosexuelle masculine est plus branchée sexe, mettant de côté la relation. Dès lors que la relation est officielle cela peut se perdre. S’installer ensemble, c’est se sécuriser, et c’est très bien. Néanmoins, si on se considère à 25 ans comme un vieux couple, on risque fort d’aller voir ailleurs, pour aller éprouver sa jeunesse, sa sexualité, sa virilité. Il faut être assez vigilant.

Une fois par mois cela peut sembler peu, quel est le bon rythme ?

Une fois par mois, c’est vrai que ce n’est pas beaucoup. Mais ce qui est inquiétant, c’est que cela puisse devenir une vraie question dans l’univers homosexuel masculin. Parce que les autres font l’amour tout le temps, qu’ils sont à la recherche d’un nouveau partenaire, qu’ils veulent tenter telle ou telle position. A force de comparaison, cela va devenir trop peu et une réelle problématique. Sinon dans l’absolu, une fois par mois pendant six mois par exemple, si on est occupé à la déco, ou à inviter des gens pour inaugurer son nouvel appartement, finalement on peut aussi se dire qu’il n’y a pas de soucis.

Comment se relancer ?  

Ils doivent réaliser qu’il se sont installés maintenant, donc ils ont des choses à se proposer l’un l’autre. Ils peuvent réfléchir sur l’organisation de surprises, d'attentes, s'envoyer des petits messages, des clins d’œil en cours de journée pour ne pas s’endormir. Peut-être aussi qu’ils se sont rencontrés pour se mettre à l’abri l’un et l’autre et donc cela fonctionne bien comme ça. Mais si la question est posée, c’est que d’un côté ce n’est pas acceptable très longtemps."

Europe 1
Par Catherine Blanc, édité par Mathilde Durand