Comment Pierre Gagnaire a vaincu sa timidité grâce à "l'incroyable pouvoir de séduction" de la cuisine

  • A
  • A
Longtemps, Pierre Gagnaire s'est senti mal à l'aise dans le monde de la cuisine. (Image d'illustration) 1:25
Longtemps, Pierre Gagnaire s'est senti mal à l'aise dans le monde de la cuisine. (Image d'illustration) © AFP
Partagez sur :
Invité lundi de l'émission d'Anne Roumanoff, "Ça fait du bien" sur Europe 1, le grand chef Pierre Gagnaire a raconté comment la cuisine avait permis au jeune homme timide qu'il était de communiquer ses sentiments aux autres.
INTERVIEW

Terrine de roquefort, marinière de saint-jacques à la bière blonde, tourte de canard au foie gras, nougat glacé… Sous ces titres un peu ronflants se cachent en vérité des recettes plutôt simples, à la portée de chacun. Le grand chef Pierre Gagnaire vient de publier Les Copains d’abord chez Solar, 80 recettes qui se veulent conviviales, spécialement imaginées pour les soirées entre amis, à la bonne franquette. Invité lundi de Ça fait du bien, l’émission d’Anne Roumanoff sur Europe 1, Pierre Gagnaire a raconté comment cuisiner pour ses amis lui avait permis de vaincre une timidité maladive et de s’ouvrir aux autres.

"J’étais plus que timide, j’étais quelqu’un de totalement tétanisé", raconte le cuisinier. Éduqué par des parents particulièrement autoritaires, Pierre Gagnaire ne se mêle que difficilement aux autres. Devenu jeune apprenti cuisinier - davantage par tradition familiale que par envie - il ne parvient guère à s’épanouir dans l'univers parfois brutal de la restauration. Le déclic, toutefois, se produit lors d’un réveillon passé entre amis. Pierre Gagnaire a alors à peine 17 ans.

"Et là, subitement, je suis devenu le héros de la soirée"

"Je me retrouve à la montagne un 31 décembre, avec des amis, et le soir venu nous n’avions rien prévu", raconte-t-il. "J’ouvre le frigo, et avec le peu de choses qui traînaient, j’ai réussi à faire plaisir à cette petite assemblée", se souvient le cuisinier. "Et là, subitement, moi qui était timide, réservé, peureux, inquiet et pas très adroit avec les filles, je suis devenu le héros de la soirée. J’avais sauvé ce réveillon !"

Cette aventure a fait prendre conscience à Pierre Gagnaire que s’il était peu adroit avec les mots, son don pour la cuisine pouvait lui permettre de communiquer ce qu’il ne parvenait pas à formuler. "J’ai compris que la cuisine avait un incroyable pouvoir de séduction sur les gens, un pouvoir émotionnel terrible", poursuit Pierre Gagnaire. "Avec la cuisine on peut parler, raconter des histoires. On peut dire aux autres : 'Je vous aime’."

Europe 1
Par Romain David