Top Chef, "c'est deux mois où l'on prend quelques kilos", assure Hélène Darroze

, modifié à
  • A
  • A
La cheffe Hélène Darroze était l'invitée d'Anne Roumanoff, mercredi. 0:51
La cheffe Hélène Darroze était l'invitée d'Anne Roumanoff, mercredi. © Capture d'écran Europe 1
Partagez sur :
Cette année encore, la cheffe étoilée Hélène Darroze fait partie du jury de l'émission Top Chef, diffusée sur M6. Invitée dans "Ça fait du bien", mercredi, elle a expliqué en quoi cette expérience était bien différente de son métier. Difficile par exemple de ne pas prendre quelques kilos, elle qui est chargée de "tout goûter". 
INTERVIEW

Pour sa onzième saison qui vient de débuter, l'émission culinaire Top Chef a fait une fois de plus appel à la cheffe Hélène Darroze comme membre du jury. Unique femme du groupe de chefs - composé de Philippe Etchebest, Paul Pairet, Michel Sarran - Hélène Darroze a dévoilé au micro d'Anne Roumanoff, mercredi, les dessous de l'émission. 

La cheffe étoilée, qui dirige plusieurs restaurants - dont The Connaught à Londres et Le Marsan à Paris - affirme que sa participation à Top Chef lui demande un investissement personnel notable. Elle dit notamment passer "de longues heures" sur les tournages de Top Chef.

"C'est parfois tellement bon que les assiettes sont vides"

Côté gustatif, sa mission de jurée est, sur quelques aspects, différentes de son travail de cheffe. "Il faut tout goûter et hélas on mange pendant la journée", affirme-t-elle. Elle va même jusqu'à estimer qu'une période de tournage de Top Chef, "c'est deux mois où l'on prend quelques kilos". Si elle explique ne pas être contrainte à manger les plats en entier, elle admet parfois se laisser tenter. "C'est parfois tellement bon que les assiettes sont vides", raconte-elle. 

Car, malgré son expérience et sa reconnaissance dans le milieu culinaire, Hélène Darroze se dit impressionnée par le niveau des candidats. "Je pense qu'à certains moments, certains sont meilleurs que moi. Je ne sais pas si je serais capable de faire ce qu'ils font pendant deux mois, en tenant le choc physiquement, psychologiquement et techniquement", explique-t-elle. La cheffe ne redoute pas non plus la concurrence. "S'ils deviennent meilleurs que moi, tant mieux", ajoute-t-elle. 

Europe 1
Par Tiffany Fillon