Qui sont les six candidats au rachat du groupe M6 ?

  • A
  • A
Partagez sur :
Fin janvier, le principal actionnaire du groupe M6, l'allemand Bertelsmann, annonçait sa vente. Depuis, six propositions de rachat se sont succédées jusqu'à jeudi, date limite pour déposer son dossier. Résultat : tous les grands groupes audiovisuels souhaitent mettre la main sur la chaîne. 

M6 est à vendre. Fin janvier son actionnaire principal à hauteur de 48%, l’allemand Bertelsmann, a annoncé la vente du groupe estimé autour de 3 milliards d’euros. Les propositions affluent pour reprendre le grand groupe audiovisuel dont la radio RTL fait notamment partie. Pour l'instant, ce sont six dossiers qui ont été déposés pour racheter le groupe. Et la compétition s'annonce féroce. 

L'annonce était inattendue : le trio Mathieu Pigasse, Xavier Niel et Pierre-Antoine Capton, soutenu, entre autres, par Bernard Arnault souhaite racheter M6 et RTL, annonce Le Figaro. Les trois hommes d'affaires se sont réunis au sein d'une nouvelle société, PNC média, et avaient jusqu'au 11 mars pour manifester leur intérêt.

Tous les géants des médias français ont déposé leur dossier

Et ils ne sont pas seuls. D'autres candidats se pressent à la porte de la chaîne, principalement les grands groupes audiovisuels français privés : TF1, Vivendi le propriétaire de Canal+ ou encore Altice qui possède BFMTV. Mais pour chacun d’entre eux, il y aurait des problèmes liés à la concurrence. Par exemple, TF1 et M6 contrôlent 75% du marché publicitaire.

Retrouvez toute l’actu médias dans notre newsletter quotidienne

Recevez chaque jour à 13h les principales infos médias du jour dans votre boîte mail. Un rendez-vous incontournable pour être au point sur l’actu, les audiences télé de la veille et faire un point sur les programmes à ne pas manquer.

Abonnez-vous ici

De leur côté, le milliardaire tchèque, Daniel Kretinsky et la famille Berlusconi via son groupe Mediaset ont également fait savoir qu'ils étaient intéressés. Ces offres vont être examinées vendredi par le principal actionnaire Bertelsmann, qui dit ne pas être pressé. 

Europe 1
Par Antoine Genton, édité par Manon Bernard