Quatre hommes pour raconter "le monde d'après" : "Le Parisien" s'excuse pour une Une jugée sexiste

  • A
  • A
La Une du Parisien a beaucoup fait réagir, dimanche.
La Une du Parisien a beaucoup fait réagir, dimanche. © Capture d'écran Le Parisien
Partagez sur :
La Une du journal francilien montre dimanche les portraits de quatre personnalités et experts, tous masculins, pour raconter le "monde d'après" la crise du coronavirus. "Il s'agit là d'une maladresse", a estimé le directeur des rédactions du média sur Twitter. 

Le quotidien Le Parisien a présenté des excuses dimanche pour sa Une consacrée à des personnalités qui "racontent le monde d'après", et qui mettait exclusivement en avant des hommes, ce qui a valu au journal de nombreuses accusations de sexisme.

Quatre personnalités masculines

Le journal francilien avait mis à sa Une ce dimanche les portraits de quatre personnalités et experts, tous masculins (le climatologue Jean Jouzel, le commissaire européen Thierry Breton, le politologue Yascha Mounk et le généticien Axel Kahn).

L'absence d'une ou plusieurs femmes pour illustrer cette édition du Parisien, a fait réagir de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux, reprochant au journal une forme de sexisme mais également un manque de diversité dans les origines et les statuts socio-professionnels des quatre experts.

"Il s'agit là d'une maladresse"

"Vous avez été nombreux ce matin à critiquer et relayer la Une de notre journal où 'le monde d'après' était exclusivement dessiné par des hommes. Vous avez raison. Il s'agit là d'une maladresse qui n'illustre en rien la ligne éditoriale du Parisien", a répondu sur Twitter Stéphane Albouy, le directeur des rédaction du journal. "Cette erreur est pour nous un rappel à l'ordre et à la vigilance. Elle restera comme une des pierres du 'monde d'après' que nous voulons continuer de construire avec vous", a-t-il assuré.

De son côté, le collectif des femmes journalistes du Parisien, a estimé que ce faux pas était "une vraie claque" et "un regrettable retour en arrière" pour tous ceux qui se battent pour la parité et une meilleure visibilité des femmes expertes dans les médias.