Pourquoi Sophie Davant lance un magazine féminin à son nom

  • A
  • A
Partagez sur :
La journaliste Sophie Davant et le rédacteur en chef Jérémy Parayre présentent dans "Culture Médias" "S, le magazine de Sophie Davant". Une démarche médiatique pas si égocentrique qu'il pourrait y paraître, assurent-ils sur Europe 1. 
INTERVIEW

La journaliste Sophie Davant lance le bimestriel S, un magazine centré sur sa propre personne. Invitée de Culture Médias aux côtés du rédacteur en chef Jérémy Parayre, l'animatrice télé explique la genèse de ce magazine, dont elle a d'abord travaillé à l'élaboration sans comprendre qu'elle en serait la tête d'affiche.

Retrouvez toute l’actu médias dans notre newsletter quotidienne

Recevez chaque jour à 13h les principales infos médias du jour dans votre boîte mail. Un rendez-vous incontournable pour être au point sur l’actu, les audiences télé de la veille et faire un point sur les programmes à ne pas manquer.

Abonnez-vous ici

Un projet né d'une incompréhension

Le projet a en effet germé lors d'un déjeuner, lors duquel Julien Parayre et Claire Leost (directrice générale de CMI France) présentent à Sophie Davant une idée de magazine féminin centré autour d'une personnalité populaire. "Je discute comme si on parlait d'une autre et je leur suggère dix noms de femmes inspirantes qui pourraient être l'égérie de ce magazine", se souvient la journaliste.

"D'après ce que je comprends alors, ils veulent lancer un magazine féminin un peu différent, en s'inspirant du succès de Michel Cymes avec Dr. Good, son magazine autour de la santé", ajoute Sophie Davant, qui n'a d'abord pas compris qui ces interlocuteurs visaient. "Je ne pensais absolument pas qu'on parlait de moi".

L'idée a cependant fait son chemin dans sa tête, ce qui a aboutit au magazine qu'elle présente aujourd'hui. "Quelques mois plus tard, ils sont revenus vers moi. Entre temps, j'avais réfléchi à ce que je ferais si je devais faire un magazine", détaille-t-elle. "Il se trouve qu'on était tout à fait d'accord sur la ligne éditoriale, et donc c'était parti."

Changer le regard sur les femmes de 45 ans et plus

Sophie Davant explique que ce magazine incarné par elle-même est avant tout pensé pour ses lecteurs et lectrices : "Je voudrais être un trait d'union entre le grand public et des personnalités auxquelles eux n'ont pas accès. Donc, c'est ça qui m'amuse, c'est d'être une sorte de passeuse". Un objectif qui ne diffère pas tellement de la presse classique.

Là où le bimestriel change, c'est peut-être dans ce que la parole de Sophie Davant peut apporter. "J'aimerais être une sorte de porte-drapeau pour véhiculer l'idée que, au-dessus de 45 ans, on est des femmes encore tout à fait séduisantes, vivantes, avec des envies, avec des projets. Je voudrais qu'en lisant ce magazine, ces femmes se disent 'Moi aussi, je peux aller au bout de mes envies'", développe-t-elle.

Sophie Davant espère par ailleurs ne pas être à l'honneur de toutes les prochaines Unes. "C'est en discussion avec Jérémy Parayre", explique-t-elle. Michel Cymes avait exprimé le même souhait lors du lancement de Dr. Good. Mais il a figuré sur la totalité des numéros en date.

Europe 1
Par Alexis Patri