Comment "Toute une histoire" a affecté la vie privée de Sophie Davant

  • A
  • A
Sophie Davant 1:45
L'animatrice Sophie Davant était l'invitée de "Ça fait du bien" le mercredi 29 janvier 2020. © Europe 1
Partagez sur :
Sophie Davant, qui présente samedi un nouveau numéro de l'émission "La lettre", en prime time sur France 2, est revenue mercredi dans "Ça fait du bien" sur ses années de présentation de l'émission "Toute une histoire". Une émission qu'elle a aimée mais dont les témoignages souvent durs, l'ont atteinte.
INTERVIEW

Sophie Davant présente désormais l'émission "Affaire conclue" du lundi au vendredi sur France 2, et "La lettre", dont le prochain numéro sera diffusée en prime time samedi sur la chaîne publique. Mais de 2010 à 2016, elle a surtout présenté "Toute une histoire", une émission de témoignages qui a marqué France 2, les téléspectateurs... et la vie de l'animatrice. Pendant six ans, Sophie Davant a écouté des milliers de témoignages d'inconnus, souvent éprouvants. "Je ne me rendais pas compte que les sujets m'atteignaient. J'essayais de vider mon disque dur tous les soirs. Finalement, c'est quand on arrête qu'on se dit : 'wow, c'est quand même lourd' ", se souvient l'animatrice au micro d'Anne Roumanoff mercredi.

"Je me projetais dans tous les sujets"

Bien qu'elle se définisse comme "une guerrière, un bon soldat", qui, quand elle était au boulot, faisait preuve de rigueur et d'efficacité, elle reconnait que même s'il n'y avait pas "que des sujets plombants, il y en avait quand même beaucoup". Résultat, elle ne pouvait s'empêcher de se "projet[er] dans tous les sujets". "Je rentrais chez moi, je pensais que mes enfants se droguaient, qu'ils me cachaient des trucs. Donc tous les soirs, c'était débriefing", raconte l'animatrice. 

"Il y avait des émissions sur des suicides d'enfants dans tous les milieux, avec des parents qui ne voyaient pas la dépression de leur enfant. Donc ça me catastrophait. A chaque fois, ça me tendait un miroir sur ma vie", explique-t-elle. Mais "Tout une histoire" était aussi une émission qui l'obligeait à avancer dans sa vie "parce que ça vous oblige à réfléchir. Et comme moi, c'est plutôt ma nature de tout disséquer et analyser, j'étais comme un poisson dans l'eau là dedans." 

Europe 1
Par Céline Brégand