jean-david blanc 6: 6:05
  • Copié
Tiffany Fillon
Après un passage à vide, la plateforme de streaming Molotov connaît son heure de gloire. Les chiffres en disent long sur le succès de cette application, qui surfe sur la mutation de la consommation de la télévision et du cinéma. En trois ans, plus de 10 millions de personnes se sont rendues sur Molotov. Invité dans "Culture médias", Jean-David Blanc, cofondateur de la plateforme, a dévoilé mardi la recette de son succès. 

Plus de 10 millions de personnes s'y sont connecté en trois ans via leur smartphone, leur ordinateur ou leur télévision connectée. Lancée en juillet 2016, la plateforme de streaming Molotov connaît une ascension fulgurante. Pour expliquer un tel succès, l'un de ses fondateurs, Jean-David Blanc, était invité dans Culture médias, mardi. 

Selon Jean-David Blanc - également créateur d'AlloCiné - l'adaptation en continu de la plateforme constitue l'une de ses forces. Molotov contient, d'après lui, "une trentaine de milliers de programmes disponibles à tout instant et renouvelés chaque jour" et permet d'accéder à plus de 170 éditeurs et chaînes de télévision. 

En lançant cette application, Jean-David Blanc a ainsi répondu à une demande de la part du public, qui, sur Molotov, a "vingt ans de moins" que celui de la télévision classique. "Ils sélectionnent leurs programmes sur n'importe quel écran : leur smartphone, leur téléviseur, leur tablette et en choisissant leurs critères", explique Jean-David Blanc. Il est possible de trier les contenus disponibles par genre ou thème mais aussi de mettre en alerte des sujets comme des clubs de foot ou des personnalités. 

Le but de Molotov est donc de "faciliter l'accès à la télévision", comme l'affirme Jean-David Blanc. Cette identité a récemment permis d'ajouter sur Molotov des chaînes sur l'Afrique et le Maghreb, qui ont provoqué beaucoup d'abonnements. Là aussi, Molotov répond à la demande des "communautés qui vivent en France" et qui "peuvent accéder aux chaînes de leur pays", assure Jean-David Blanc. Le cofondateur a également annoncé le lancement de chaînes chinoises et japonaises, après avoir hier inclus sur la plateforme la chaîne live du studio Webedia

Résultat : Molotov a connu rien qu'en 2019 une hausse de 63% du temps passé sur la plateforme et une augmentation de 82% de la prise d'abonnements. 

Soutenue par Xavier Niel 

Malgré ce succès, Molotov coûte cher. "Il faut intégrer des flux en direct, ajouter des métadonnées pour retrouver les émissions facilement, permettre le stockage en ligne", détaille Jean-David Blanc, qui évoque aussi les droits versés aux chaînes et aux entreprises. Pour financer la plateforme, Molotov compte sur les abonnements de son public puisque les chaînes et applications payantes (OCS) le sont également sur la plateforme. "On peut s'abonner à des chaînes payantes mais il faut payer une commission de distribution comme n'importe quel opérateur", affirme Jean-Louis Blanc. Autre source de financement : les investissements extérieurs. Xavier Niel, propriétaire de Free, a par exemple injecté 30 millions d'euros dans le projet.