Le MMA est de retour à la télévision

, modifié à
  • A
  • A
Le combattant irlandais, Conor McGregor, l'une des vedettes de la discipline.
Le combattant irlandais, Conor McGregor, l'une des vedettes de la discipline. © Harry How / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
Depuis 2005, le MMA était absent des chaînes de télévision françaises. C'en est fini de cette interdiction, même si le Conseil supérieur de l’audiovisuel encadrera sa diffusion.

MMA, ça veut dire "Mixed Martial Arts" : en français, les arts martiaux mixtes. C’est un sport de combat que les chaînes françaises vont désormais pouvoir diffuser, suite à l’accord donné par le CSA, le Conseil supérieur de l’audiovisuel. C’est la Fédération française de MMA qui l’a annoncé mercredi sur Twitter. Certes, une chaîne diffusait déjà du MMA sur son antenne, RMC Sport 4, qui avait trouvé une astuce : elle diffusait le signal depuis le Luxembourg. Plus besoin de ce genre de stratagème désormais. La Fédération française de MMA indiquera prochainement dans quelles conditions ses événements seront retransmis.

Le CSA va encadrer sa diffusion

Le MMA étant un sport violent, le CSA encadrera en effet sa diffusion. Selon le journal L’Equipe, la retransmission sera ainsi déconseillée aux moins de 16 ans. Et les chaînes gratuites auront l’interdiction de diffuser ces rencontres avant 22h30. Une restriction qui ne s’appliquera pas aux chaînes et aux plateformes payantes, qui pourront proposer du MMA dès 20h30.

Retrouvez toute l’actu médias dans notre newsletter quotidienne

Recevez chaque jour à 13h les principales infos médias du jour dans votre boîte mail. Un rendez-vous incontournable pour être au point sur l’actu, les audiences télé de la veille et faire un point sur les programmes à ne pas manquer.

Abonnez-vous ici

Ce feu vert donné par le CSA intervient 15 ans après sa décision d’interdire cette discipline à l’antenne. En 2005, le Conseil supérieur de l’audiovisuel avait jugé que ce sport portait "atteinte à la dignité des participants", qu’il était "susceptible de nuire gravement à l'épanouissement physique, mental ou moral des mineurs" et même qu’il était "contraire à la sauvegarde de l'ordre public".

Europe 1
Par Charles Decant