JT de TF1 : Gilles Bouleau veut "continuer à séduire"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
TF1 a inauguré la semaine dernière un nouveau plateau pour ses journaux télévisés. Ce plateau "laisse beaucoup plus de place à la belle image", assure le présentateur du 20 Heures au micro d'Europe 1.
INTERVIEW

"Régulièrement, il faut changer." Voilà pourquoi TF1 s'est offert un nouveau plateau pour ses journaux télévisés. Comme "dans un couple, il faut continuer à se séduire au fil des ans", explique Gilles Bouleau, le présentateur du 20 Heures de la première chaîne, à Philippe Vandel sur Europe 1.

"Se renouveler" pour continuer à séduire les téléspectateurs. Selon le journaliste, "c'est pareil" avec les téléspectateurs : "Il y a un contrat de confiance et de proximité avec les téléspectateurs et je pense qu'il faut le renouveler. Et pour le renouveler, il faut se renouveler. (...) On ne peut pas rester avec le même décor, exactement le même jingle, la même chorégraphie, exactement les mêmes chroniques, pendant cinq ans, dix ans, quinze ans. Le monde va trop vite."

studio

©Benoit Florencon/TF1

L'ancien plateau "accusait son âge". Gilles Bouleau va donc présenter ses journaux "dans un studio qui est beaucoup plus lumineux, qui laisse beaucoup plus de place à l'image, à la belle image" car "le choc, l'impact, la narration sont visuels en télévision" : "Il est magnifique ce plateau. Il est magnifique pour servir la narration de l'info." Un nouveau plateau pour "se renouveler" donc, mais aussi parce que "la mariée était un peu vieillissante". L'ancien "avait 12, 13 ans, on avait fait un petit peu de liftings à droite à gauche mais il accusait son âge".

>> De 18h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Philippe Vandel sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Un nouveau journal "assez complexe". Mais plus que le studio, c'est le journal dans sa globalité qui a été profondément repensé avec notamment un nouveau jingle et de nouvelles chroniques. "Il est assez complexe, ce nouveau journal", reconnaît Gilles Bouleau. Il admet par ailleurs qu'il y a encore "pleins" de problèmes à régler mais compte sur l'indulgence des téléspectateurs pour ne pas en tenir rigueur à TF1.

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau