"Ils traquent les pédophiles" sur France 2 : "Il ne s'agit pas d'inciter les téléspectateurs à imiter ces activistes"

, modifié à
  • A
  • A
La journaliste Élise Lucet, qui présente Envoyé spécial.
La journaliste Élise Lucet, qui présente Envoyé spécial. © France Télévisions
Partagez sur :
Le magazine d'investigation de France 2 s'est intéressé à des parents qui mènent, eux-mêmes, la lutte contre la pédophilie sur Internet. Ils se font passer pour des enfants et traquent les prédateurs sexuels.

Les caméras d’Envoyé spécial ont suivi des parents traqueurs de pédophiles en s'intéressant à la manière dont ils piègent leurs interlocuteurs. Un reportage choc, diffusé jeudi soir sur France 2. À l'écran, on découvre par exemple le quotidien de Neila, 38 ans, qui mène une incroyable double vie. Mère de 3 enfants, elle se fait passer pour Lina sur Facebook, une fillette de 12 ans, fan de musique et de dessin, pour attirer et piéger les prédateurs sexuels.

"Il a fallu essayer de gommer des propos qui étaient indiffusables"

Une démarche qui va peut-être choquer certains téléspectateurs ou en interpeller d’autres. Le journaliste Romain Boutilly, reporter à Envoyé spécial, justifie la médiatisation d'un tel sujet. "Il ne s'agit pas d'inciter les téléspectateurs à imiter ces activistes ou de dire que faire justice soi-même est bon pour la société. Mais plutôt se demander pourquoi des parents arrivent à un point où ils consacrent tout leur temps libre à cette lutte et ce combat", explique-t-il au micro d'Europe 1.

Traiter de pédophilie à une heure de grande écoute sur France 2 est forcément un peu compliqué. Il a donc fallu s’adapter et choisir ce qu’il était possible de montrer. "Il a fallu essayer de gommer des propos qui étaient indiffusables, à la limite du supportable, car on ne voulait pas attirer le spectateur par voyeurisme", explique Romain Boutilly. "Ils traquent les pédophiles", est un des sujets d’Envoyé spécial, diffusé jeudi soir donc, sur France 2 à partir de 21h10.

Europe 1
Par Cyril Lacarrière, édité par Guillaume Perrodeau