Pourquoi la plateforme Netflix s'allie à Canal+ en France

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Dans son édito éco, Nicolas Barré, directeur de la publication des Echos, analyse les enjeux de l'accord inattendu conclu entre Netflix et Canal+ lundi. La plateforme américaine renforce un peu plus son ancrage en s'alliant avec un historique du secteur : le Français Canal+, qu'elle a pourtant contribué à fragiliser.
EDITO

En 5 ans, elle est devenue incontournable sur le marché de la télévision en France. De manière inattendue, la plateforme Netflix s'allie avec un acteur historique du secteur en France, Canal+, à qui elle a déjà volé de larges parts de marché. Les contenus originaux Netflix seront disponibles sur Canal+ à partir du 15 octobre prochain.

A priori c'est une alliance complètement déséquilibrée. Netflix est un géant, avec 60 millions d'abonnés aux Etats-Unis et près de 100 millions dans le reste du monde. Même en France, avec 6 millions d'abonnés, Netflix fait mieux que Canal+ qui, lui, tourne aux alentours de 4,5 millions.

Alors pourquoi s'allier? D'abord parce qu'un énorme bouleversement arrive sur le marché de la télévision. Netflix était un précurseur dans le streaming. Les autres – comme Amazon, Apple et Disney – suivent. Tous les géants américains aux poches profondes arrivent à leur tour avec des offres de vidéo délinéarisée. Pour Canal+, c'est une menace mortelle… sauf à intégrer ces offres dans son propre écosystème pour rester le point d'entrée des abonnés à ses offres et leur faciliter la vie. Il leur évite ainsi de devoir jongler entre les différentes plateformes pour regarder du foot ou des séries.

Netflix arrive à un stade où il se dit que la seule manière de développer leur base locale en France, c'est en s'alliant à un acteur local qui connaît mieux le marché et qui sait mieux adapter l'offre. Dans un autre domaine, Amazon a trouvé à s'allier à Monoprix dans l'Hexagone pour distribuer certains produits.

Reste que s'allier à un géant est périlleux. Mais Vincent Bolloré, actionnaire de Vivendi et propriétaire de Canal, aime les paris risqués. Avec Netflix, il va être servi.

Europe 1
Par Nicolas Barré