Ce jeu de téléréalité qui fait s'affronter des humains et des ours

, modifié à
  • A
  • A
© RAYMOND ROIG / AFP
Partagez sur :
Ce mercredi, la chaîne Discovery Chanel diffuse en "prime-time" un programme où se mesureront... des êtres humains et des grizzlis. Chacun sera soumis à des épreuves inspirées de la vie sauvage des ours. Et que le meilleur gagne.

Fans de jeux mêlant aventure et télé-réalité, ce programme devrait vous interpeller. Ce mercredi, la chaîne Discovery Chanel diffuse en "prime-time" un programme où se mesureront, d'un côté des femmes et des hommes, de l'autre... trois grizzlis.

Il ne s'agira pas de combats à mains nues, nous ne sommes pas dans la Rome antique. Il s'agira plutôt pour les candidats de s'inspirer de la vie de l'ours dans la nature. Au programme de ce jeu intitulé "Man vs. Bear" ("homme contre ours") : faire rouler des troncs, grimper aux arbres, engloutir de la nourriture ou même... tirer à la corde. Ours et humains seront soumis aux mêmes épreuves. Et que le meilleur gagne.

Pour ceux qui ont faim de sueurs froides, il y aura tout de même une épreuve intitulée : "proie humaine". Des humains seront placés dans une sphère d'acier, que l'ours devra faire tomber dans un cratère. L'humain, lui, devra faire en sorte de ne pas tomber dans le cratère, et de pousser la boule dans la direction opposée.

Deux ours secourus enfants, un troisième né en captivité

Les amis des animaux se demandent probablement comment sont traités les ours. Tout d'abord, il ne s'agit pas d'animaux capturés dans la nature aux seules fins du jeu. Deux des ours ont été secourus par un garde forestier après que leur mère ait été abattue par un braconnier en Alaska. Le troisième est né en captivité.

Apprivoisés, les ours sont récompensés avant, pendant et après chaque épreuve avec de la nourriture et des friandises. Les producteurs assurent que les animaux ne subissent aucune contrainte et même "qu'ils sont ravis". Bien entendu, nous ne sommes pas obligés d'approuver. Ni de regarder.

Europe 1
Par Paul Lahcene, édité par Gaétan Supertino