Canal+ : six grands sportifs français parlent de leur homosexualité dans un documentaire

, modifié à
  • A
  • A
faut qu'on parle canal+
"Faut qu'on parle" est diffusé samedi soir sur Canal+ © Canal+
Partagez sur :
Canal+ diffuse samedi soir un documentaire évènement : "Faut qu'on parle". Six grands sportifs français en activité, trois femmes et trois hommes médaillés olympiques ou champions du monde, y parlent pour la première fois ouvertement de leur homosexualité. Un séisme dans un milieu où les tabous sont encore puissants.
INTERVIEW

"Faut qu’on parle". C'est la formule forte qu'a choisie Canal+ comme titre du documentaire évènement que la chaîne diffuse samedi soir. Ce film donne la parole à six sportifs encore en activité, trois hommes et trois femmes. Ils parlent pour la première fois de leur homosexualité face caméra. Une parole inédite de la part de médaillés olympiques ou des champions qui se sont illustrés dans six disciplines : patinage, basket, judo, escrime, rugby et natation. Ces six athlètes professionnels ont longtemps réfléchi avant d'accepter de parler. Et les convaincre n'a pas été facile.

"Ils ont hésité parce que le tabou est encore fort, notamment chez les garçons. Il faut quand même savoir qu'avant ce documentaire, chez les sportifs professionnels en activité, un seul garçon a parlé de son homosexualité pendant sa carrière. Le tabou est fort", insiste Arnaud Bonnin, l'un des coréalisateurs du documentaire. "Ils ont réfléchi, parce qu'ils savent que ce n'est pas du tout anodin. Il peut y avoir des critiques, des répercussions sur leur carrière. Et ils n'ont pas non plus envie d'être perturbés, certains vont faire les JO cet été. Une fois qu'ils ont compris que le message était plus fort que le risque, ils ont dit banco."

"J'espère que notre documentaire va ouvrir des portes"

Tous les athlètes ont demandé à garder leur identité secrète jusqu'à la diffusion du film. Ils craignaient, notamment que la presse ne s'en empare pour réduire leur propos et écrire des articles qui se contenteraient de dire "que tel ou tel sportif a fait son coming-out", un terme qu'ils refusent d'utiliser. Ce que veulent les sportifs qui témoignent, c'est que leur message soit entendu en entier, et sans misérabilisme.

"On ne voulait quelque chose de noir, parce que leur histoire n'est pas noire. Il y a des difficultés, des rejets parfois pendant leur adolescence, des moments où ça n'a pas été bien accueilli dans le milieu du sport", reconnaît Arnaud Bonnin. "Mais le discours général est optimiste, positif, et porteur d'espoir. J'espère qu'il va ouvrir des portes et en libérer certains." Arnaud Bonnin a coréalisé le documentaire Faut qu'on parle avec Lyes Houhou. Leur film est diffusé sur Canal+ samedi soir à 23h.

Europe 1
Par Antoine Genton avec Alexis Patri