Arrestation d'un reporter à Minneapolis : "une bavure", pour une journaliste de CNN

  • A
  • A
Partagez sur :
Alors que la chaîne d'information en continu CNN fête ses 40 ans, Melissa Bell, correspondante de la chaîne à Paris, évoque sur Europe 1 l'importance, à ses yeux de la couverture en direct des événements, notamment celle des émeutes en cours aux Etats-Unis, en marge desquelles un reporter de CNN a été arrêté vendredi. 
INTERVIEW

C'est elle qui a inventé la couverture de l'actualité "en continu", au cœur des événements : la chaîne d'information en continu CNN fête ses 40 ans. L'occasion pour Melissa Bell, correspondante de la chaîne à Paris, d'évoquer sur Europe 1 le travail de la station et l'arrestation en direct d'un de ses reporters, Omar Jimenez, alors qu'il couvrait vendredi les manifestations et émeutes en cours à Minneapolis, après la mort de George Floyd.

Un direct "spectaculaire" symbole d'une "nouvelle façon de faire"

Selon elle ce qui était nouveau à la création de CNN, c'était justement de "pouvoir diffuser les choses vers le monde entier, et tout suivre en direct, avoir un correspondant au cœur de l’action qui commente en direct", alors qu'avant l'actualité était couverte avec "beaucoup de distance, de recul". "Cette distance a été comblée par cette nouvelle façon de faire l’actu. Et on l’a vu de façon spectaculaire vendredi matin. Le reporter arrêté l’a géré avec un calme absolu, beaucoup de patience, et très vite les autorités ont dû réagir à ce qui était une aberration totale", a réagi la journaliste franco-britannique.

Selon Melissa Bell, ce moment télévisé aberrant a bien montré "à quel point la situation sur le sol était tendue à ce moment-là, et à quel point c’est difficile à gérer pour les autorités, de faire la part des choses".

Pour l’instant, la chaîne "essaye toujours d’avoir des réponses" sur le pourquoi de cette arrestation. "Il a très vite été relâché, le gouverneur de l’État a pris entière responsabilité, ça a été réglé très rapidement. On ne sait pas exactement pourquoi, alors qu’il leur répétait qu’il était en direct, les policiers de l’État ont choisi de l’arrêter : à mon avis, c'est plus une bavure qu’autre chose".

Une attaque du siège de CNN en direct

Un peu plus tard, c'est le siège de CNN à Atlanta qui a été attaqué par un groupe de plusieurs dizaines de personnes qui ont lancé une grenade détonante dans le hall. A l’intérieur du bâtiment, dont certaines vitres sont cassées, un reporter de la chaîne se tient derrière des policiers armés et casqués, et réagit là encore en direct. "C'est notre maison, on vient travailler ici tous les jours,. Les journalistes essayent de délivrer l’information, et des manifestants viennent ici déverser leur colère et frustration, pas seulement sur la police mais également sur notre siège", dit-il notamment.

"Les images étaient extraordinaires", analyse Melissa Bell. Dans le complexe qui héberge le siège de CNN se trouvent aussi les locaux de la police locale de ce quartier d'’Atlanta, "et au départ on a pensé que c’était contre eux que se tournaient les manifestants", raconte-t-elle. "Mais on a aussi entendu de la part des manifestants des critiques à l'encontre des chaînes d'information en continuent qui encourageraient avec leurs couvertures ces problèmes."

CNN n'est pourtant pas considérée, comme Fox News, comme un soutien de Donald Trump. Selon Melissa Bell, cela s'expliquer par le fait que "la frustration des gens est palpable et se tourne contre tous les symboles de tout ce qui s'est passé ces derniers jours. C'est très difficile de voir comment cette colère peut retomber", conclut-elle.

Europe 1
Par Séverine Mermilliod