Violences au Capitole : Biden scandalisé, Trump appelle ses partisans "à rentrer chez eux"

, modifié à
  • A
  • A
Joe Biden a qualifié les incidents au Capitole "d'insurrection".
Joe Biden a qualifié les incidents au Capitole "d'insurrection". © Angela Weiss / AFP
Partagez sur :
Le président élu Joe Biden a vivement condamné les violents incidents provoqués par des supporters pro-Trump, mercredi à Washington. Le milliardaire républicain a pris la parole quelques minutes plus tard, demandant à ses partisans de "rentrer chez eux". 

Les violents incidents au Capitole, provoqués mercredi par des supporters pro-Trump à Washington, secouent les États-Unis. Le président élu Joe Biden a qualifié ces événements "d'insurrection", alors que des partisans du milliardaire républicain ont semé le chaos pendant une séance consacrée à la certification des résultats de la présidentielle. "Notre démocratie vit une agression sans précédent", a-t-il jugé, en appelant le président républicain à se rendre devant les caméras pour demander "la fin de ce siège".

Quelques minutes plus tard, Donald Trump a pris la parole sur Twitter pour demander à ses supporters de "rentrer chez eux". "Nous devons avoir la paix. Alors rentrez chez vous. Je vous aime", a-t-il déclaré dans une brève vidéo. "Je comprends votre douleur. Je sais que vous êtes blessés", a-t-il ajouté. "Cette élection nous a été volée", a-t-il encore dit, réitérant une nouvelles fois des accusations de fraude ne reposant sur aucun élément concret. Twitter a immédiatement empêché tout partage de cette vidéo, en raison des fausses informations véhiculées par Trump et pour éviter tout "risque de violence". 

Trump accusé d'avoir soufflé sur les braises 

Peu après la fin d'un discours particulièrement virulent de Donald Trump dénonçant des élections "truquées" et promettant de ne jamais concéder sa défaite, certains de ses sympathisants ont pénétré dans le célèbre bâtiment abritant le Sénat et la Chambre des représentants. Une femme a été blessée par balle à l'intérieur du Capitole, selon plusieurs médias américains.

La police a fait usage de gaz lacrymogènes pour tenter d'évacuer les manifestants pro-Trump qui ont envahi la scène installée pour la prestation de serment de Joe Biden le 20 janvier. De très nombreuses voix se sont élevées à Washington pour dénoncer l'attitude du président américain, accusé d'avoir soufflé sur les braises en refusant de reconnaître sa défaite et en relayant pendant des semaines des théories du complot sur de supposées fraudes électorales.