VIDÉO - États-Unis : des centaines de manifestants rassemblés contre neuf suprémacistes blancs

  • A
  • A
Envrion 600 personnes se sont réunies contre le rassemblement des "Honorable Sacred Knights", autorisé par la mairie de Dayton, dans l'Ohio.
Envrion 600 personnes se sont réunies contre le rassemblement des "Honorable Sacred Knights", autorisé par la mairie de Dayton, dans l'Ohio. © SETH HERALD / AFP
Partagez sur :
Entre 500 et 600 manifestants se sont réunis pour protester lors d'un rassemblement de neuf militants liés au Ku Klux Klan, samedi à Dayton, dans le nord-est des Etats-Unis. 

Un rassemblement de neuf militants liés au mouvement suprémaciste blanc Ku Klux Klan à Dayton, dans le nord-est des Etats-Unis, a suscité samedi l'afflux de centaines de contre-manifestants qui ont couvert leurs discours en faisant du bruit, ont annoncé les autorités et les médias locaux.

L'événement s'est terminé pacifiquement, personne n'a été blessé ni arrêté, a déclaré la municipalité de Dayton, dans l'Ohio, dans un communiqué publié sur Facebook. Les neuf militants, membres d'un groupe qui s'intitule Honorable Sacred Knights (les Honorables chevaliers sacrés), se sont présentés sur une place de Dayton pour un rassemblement pour lequel ils avaient obtenu l'autorisation de la municipalité. Ils se sont trouvés en présence de 500 à 600 contre-manifestants, selon des responsables municipaux.

Plus de 350 membres des forces de l'ordre déployés par crainte de violences

Les protestataires ont scandé des slogans, chanté et joué de divers instruments de musique pour noyer les discours des militants suprémacistes, réunis derrière une haute barrière métallique et sous un important dispositif de sécurité de la police, selon les médias. Plus de 350 membres des forces de l'ordre avaient été déployés de crainte de violences. En 2017, une militante pacifiste avait été tuée lorsqu'un homme avait foncé en voiture dans la foule des contre-manifestants lors d'un rassemblement de l'extrême droite à Charlottesville, en Virginie. Le président américain Donald Trump avait été à l'époque vivement critiqué par ses détracteurs pour avoir déclaré après Charlottesville que "des gens bien" se trouvaient "des deux côtés".