Venise : nouveau pic de marée haute attendu, la place Saint-Marc fermée

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Venise subit une nouvelle inondation ce vendredi, contraignant les autorités à limiter l'accès à certaines parties de la ville, dont l'emblématique place Saint-Marc. Il y a trois jours déjà, les eaux avaient recouvert 80% de la cité et provoqué d'importants dégâts.  

Venise devait connaître un nouveau et périlleux pic de marée haute vendredi, trois jours après avoir été dévastée par des inondations record qui ont conduit le gouvernement italien à décréter l'état d'urgence pour catastrophe naturelle dans la Cité des Doges.

Dans la séquence actuelle de marées, l'"acqua alta" (littéralement "l'eau haute", en italien) va atteindre 1,50 mètre vers 11h20 ce vendredi, selon le Centre de surveillance de la mairie. De fortes averses et du vent sont en outre annoncés sur toute la région. 

À la mi-journée, le maire de Venise Luigi Brugnaro a ordonné la fermeture de la célèbre place Saint-Marc. "Je suis dans l'obligation de fermer la place Saint-Marc pour épargner aux citoyens de Venise tout risque sanitaire, un désastre", a affirmé le maire.

La Sérénissime, qui accueille 36 millions de touristes par an dont 90% d'étrangers, a connu mardi sa pire marée haute en 53 ans. L'eau a submergé 80% de la cité, provoqué la mort d'un septuagénaire, renversé des gondoles et des vaporetti (autobus fluviaux) et entraîné plus de 400 interventions de pompiers.

L'eau a également envahi les églises, commerces, musées et hôtels de ce joyau classé au patrimoine mondial : la Basilique Saint-Marc ou le théâtre de la Fenice ont par exemple été la proie d'une eau boueuse et salée venue de la lagune.

Premières annulations

Après une réunion de crise à la préfecture, le Premier ministre italien Giuseppe Conte a parcouru jeudi les canaux qui ont rendu Venise célèbre dans le monde entier, pour réconforter les commerçants, nombreux à garder portes closes, comme les musées et les écoles. Des hôtels commencent à déplorer des annulations pour les fêtes de fin d'année.

"Le cabinet a approuvé l'état d'urgence à Venise", a écrit en début de soirée Giuseppe Conte dans un tweet, ajoutant que 20 millions d'euros allaient être débloqués "pour les interventions les plus urgentes". Les dégâts sont d'ores et déjà chiffrés à "des centaines de millions d'euros" et devront encore donner lieu à des évaluations précises, mais certains dédommagements pourront être immédiats.

Un comité spécial sur Venise se réunira aussi le 26 novembre pour "discuter de la gestion générale des problèmes", dont un plan de contournement du centre historique pour les paquebots de croisière et le mégaprojet Moïse de digues censées protéger la lagune.

Lancé en 2003 et retardé par des malfaçons et des enquêtes pour corruption, Moïse s'appuie sur 78 digues flottantes qui se relèvent et barrent l'accès à la lagune en cas de montée des eaux de l'Adriatique jusqu'à trois mètres de hauteur. De récents tests ont permis d'identifier des vibrations et de la rouille mais, selon Giuseppe Conte, il est "prêt à 93%" et sera "achevé au printemps 2021".