Ukraine : "la guerre va continuer" tant que les autorités actuelles "resteront au pouvoir", déclare Poutine

  • A
  • A
© ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP
Partagez sur :
D'après Vladimir Poutine, "les autorités actuelles ukrainiennes n'ont pas intérêt à régler le conflit" entre Kiev et séparatistes prorusses dans l'Est ukrainien.

"La guerre va continuer" dans l'est rebelle de l'Ukraine tant que les autorités ukrainiennes actuelles "resteront au pouvoir", a déclaré samedi le président russe Vladimir Poutine à la fin du sommet du G20 à Buenos Aires.

"Les autorités actuelles ukrainiennes n'ont pas intérêt à régler le conflit" entre Kiev et séparatistes prorusses dans l'Est ukrainien, qui a fait plus de 10.000 morts depuis son éclatement en 2014, a déclaré Vladimir Poutine, au cours d'une conférence de presse. "Surtout par des moyens pacifiques", a-t-il ajouté.

"Plus facile de justifier ses échecs économiques par la guerre." "Tant qu'elles resteront au pouvoir, la guerre va continuer (...). C'est toujours plus facile de justifier ses échecs économiques par la guerre" en rejetant la responsabilité sur un "agresseur extérieur", a souligné le président russe. Kiev et l'Occident accusent la Russie, qui a annexé en 2014 la péninsule ukrainienne de Crimée, de soutenir militairement les rebelles prorusses de l'est de l'Ukraine, ce que Moscou nie farouchement.

Les tensions entre Moscou et Kiev se sont envenimées depuis l'arraisonnement dimanche par les gardes-frontières russes de trois navires de guerre ukrainiens en mer Noire, au large de la Crimée, et l'arrestation des 24 marins ukrainiens. La Russie les accuse d'être entrés illégalement dans les eaux territoriales russes.

Les navires ukrainiens ont "violé de manière impertinente" la frontière russe. Vladimir Poutine a une nouvelle fois dénoncé samedi "une provocation" de l'Ukraine dont les navires ont selon lui "violé de manière impertinente" la frontière russe. Pour sa part, l'Ukraine dénonce un "acte d'agression" et a instauré en réponse la loi martiale dans plusieurs de ses régions frontalières.

Le président américain Donald Trump a annulé sa rencontre prévue avec Vladimir Poutine à Buenos Aires à la suite de cette confrontation russo-ukrainienne. "C'est dommage qu'on n'arrive pas à avoir une vraie rencontre. Je pense qu'elle est vraiment nécessaire", a dit Vladimir Poutine, ajoutant : "J'espère qu'on pourra se rencontrer quand la partie américaine y sera prête."

"Nous avons parlé debout" avec Donald Trump. "Les questions que nous devons discuter sont très importantes. Ce sont avant tout les questions de la stabilité stratégique et puis ce sont les questions (liées au problème) de la non-prolifération des armes de destruction massive", a-t-il ajouté.

Vladimir Poutine a toutefois assuré avoir échangé de la crise ukrainienne avec Donald Trump en marge du sommet. "Nous avons parlé debout. J'ai répondu à ses questions liées a l'incident en mer Noire. (...) Il a son point de vue sur cette question, moi j'ai le mien. Mais je l'ai informé" de ce qui s'est passé, a-t-il dit.