REPORTAGE - En fuite, les épouses des derniers combattants de l'État islamique promettent de "reconstruire Daech"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Les djihadistes qui occupent le dernier réduit de l'État islamique ont libéré des femmes et des enfants. Les épouses des combattants gardent une détermination intacte vis-à-vis du califat.
REPORTAGE

Ils tiennent toujours : les derniers forcenés de l'État islamique sont retranchés dans l'ultime bastion de l'organisation terroriste à Baghouz, en Syrie, où ils occupent un réduit de 500 mètres carrés à la frontière avec l'Irak. Le village a été déserté par les femmes et les enfants des civils, libérés par ces djihadistes.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

La pâleur des enfants. Lundi, une opération d'évacuation a eu lieu, avec un convoi de plus de 40 camions qui s'étirait sur des kilomètres et serpentait dans l'immense plaine de Baghouz. Des centaines de femmes intégralement voilées de noir et plus d'un millier d'enfants, tellement anémiques que l'épaisse couche de poussière ocre n'arrivait pas à cacher leur pâleur, y étaient entassés dans ces véhicules et ballottés comme sur un radeau. Ce sont des rescapés en fuite, des civils jusqu'alors retenus comme boucliers humains mais que les djihadistes ont consenti à libérer en échange d'un sauf-conduit pour leurs familles.

"Ils veulent faire la guerre contre nous". Dans ce convoi, les épouses des combattants sont nombreuses. Leur détermination, tout comme leurs convictions, semblent parfaitement intactes. "Des femmes nous ont dit qu'elles allaient reconstruire Daech et que leurs enfants veulent faire la guerre contre nous", indique un membre des forces démocratiques syriennes. 

Femmes et enfants fouillés. Le convoi s'est arrêté sur un point de filtrage où chaque femme et chaque enfant vont être soigneusement fouillé à la recherche d'armes et d'explosifs. Quel que soit le résultat de cette fouille, chacune de ces réfugiés un peu particulières va recevoir de l'eau, de la nourriture, une couverture et des soins pour ses enfants.

Europe 1
Par Didier François, à Baghouz, en Syrie, édité par Thibaud Le Meneec