Olga Misik, 17 ans, nouvelle figure de la contestation en Russie

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le visage d'Olga Misik concentre depuis le début du mois l’attention des photographes et des caméras lors des manifestations réclamant des élections libres en Russie.
PORTRAIT

C’est une image qui a conquis les réseaux sociaux. Dans un style rappelant celle du jeune manifestant dressé devant un char à Tiananmen, en Chine, en 1989, une jeune fille, équipée d’un gilet de protection pour amortir les coups de matraque, se tient assise, dos aux policiers russes en tenue anti-émeute. Son nom : Olga Misik. Depuis le début du mois de juillet, cette adolescente de 17 ans est devenue le symbole de la résistance au pouvoir russe.

Une résistance pacifique

Sur cette photo, Olga Misik fait la lecture de la loi fondamentale issue de la chute de l’URSS, l'Union des Républiques socialistes soviétiques, dissoute en 1991. Ce texte garantit dans la nouvelle Russie des élections libres et équitables, la liberté d’opinion et le droit de se présenter aux élections, à commencer par les municipales. En théorie, cette Constitution est très proche de la nôtre. Olga rappelle ainsi les droits de l’opposition et les devoirs des autorités.

Déjà arrêtée quatre fois

L’adolescente est une passionnée de politique. Et sa participation aux manifestations lui fournit une formation accélérée à sa pratique en Russie. L'adolescente a déjà été arrêtée quatre fois et le sera peut-être encore dans les jours à venir. Car le Kremlin, après avoir mis en prison presque toutes les figures d’opposition, n’a pas l’intention de laisser éclore de nouveaux leaders, aussi jeunes soient-ils.

Europe 1
Par Nicolas Tonev, édité par Cécile Da Costa