Mort de Soleimani : "C'est le début d'une guerre", affirme un ancien Gardien de la révolution

, modifié à
  • A
  • A
Des soutiens de Qassem Soleimani manifestent à Téhéran le 3 janvier 2020 1:31
Des soutiens de Qassem Soleimani manifestent à Téhéran le 3 janvier 2020 © ATTA KENARE / AFP
Partagez sur :
Samedi à Bagdad, des milliers d'Irakiens sont venus rendre un dernier hommage au général Qassem Soleimani, tué vendredi dans un raid américain. Ses partisans sont désormais nombreux à espérer une riposte. Europe 1 a joint l’un d’entre eux par téléphone, Kannani Moghadam, ancien membre des Gardiens de la Révolution. 
TÉMOIGNAGE

"Une revanche est nécessaire." Alors que le Qassem Soleimani, dirigeant de l’unité d’élite des Gardiens de la Révolution en Iran a été tué vendredi par un raid aérien américain, une immense procession funéraire a eu lieu samedi à Bagdad, dernier hommage à un homme à la tête pensante de l’influence de Téhéran dans la région depuis plus de 20 ans. Ses soutiens et ses proches prônent désormais une réponse forte, revanche contre l’ennemi Etats-Unis. Europe 1 a joint l’un d’entre eux par téléphone, en Iran. Kannani Moghadam est un ancien membre des Gardiens de la Révolution, proche du général, rencontré en reportage à Téhéran en septembre dernier.

"Ce peuple est contre les Etats-Unis"

Il arbore la même barbe grise que son ancien général. Il affiche aussi volontiers son amitié avec Qassem Soleimani, il revendique même 14 années passées à son service. "Quand je vois les Iraniens réunis à Téhéran, mais aussi dans les villes de Kerman, Qom, Mashad, je me dis que ces funérailles sont l’immense preuve que ce peuple est contre les Etats-Unis." Samedi à Bagdad, des milliers d’habitants sont venus suivre le cortège funéraire, aux cris de "Mort à l’Amérique", et "Mort à Israël".

Dans le salon de Kannai Moghadam, plusieurs photos sont alignées, où il apparaît aux côtés de l’ancien chef de la force Al-Quds, l’unité d’élite des Gardiens de la révolution. Il affirme avoir passé la journée de samedi devant son écran en attendant que le cercueil soit rapatrié en Iran. "Ces gens [qui défilent] disent à notre gouvernement : 'Nous voulons des représailles.' Ce qui vient de se passer, c’est le début d’une guerre entre l’Iran et les Etats-Unis." La rhétorique est évidemment celle des durs du régime, qui mettent en garde les Etats-Unis s’ils ne retirent pas rapidement l’intégralité de leurs troupes stationnées en Irak.

Europe 1
Par Jean-Sébastien Soldaïni, édité par Laetitia Drevet