Les députés britanniques voteront sur l'accord de Brexit le 15 janvier

, modifié à
  • A
  • A
Les députés britanniques voteront pour ou contre l'accord de Brexit le 15 janvier. © PRU / AFP
Partagez sur :

La première ministre Theresa May va devoir convaincre les députés de ne pas enterrer l'accord de sortie de l'UE, sous peine d'ouvrir une grave crise politique. 

Les députés britanniques voteront le 15 janvier sur l'accord de Brexit négocié entre Londres et l'Union européenne, a déclaré mardi un porte-parole de Downing Street.

Un vote encore compromis. Les débats sur ce texte doivent reprendre mercredi et jeudi à la Chambre des Communes et pourraient se prolonger jusqu'à vendredi. Mais son adoption demeure très compromise tant il est décrié à la fois par les "Brexiters" et par les europhiles. La Première ministre Theresa May a déclaré qu'elle continuait à travailler avec Bruxelles pour obtenir des assurances susceptibles de convaincre les députés, après s'être déjà entretenue avec des dirigeants européens pendant la période de Noël.

Une date de sortie repoussée ? Face au risque d'impasse et de sortie sans accord, synonyme de rupture brutale des liens tissés depuis plus de quatre décennies, Londres envisage de retarder la date de sa sortie de l'UE, affirme mardi le Telegraph. Plusieurs sources européennes ont indiqué au quotidien britannique que les autorités britanniques "tâtaient le terrain" pour demander une éventuelle extension de l'article 50 du Traité de l'UE, qui régit le départ d'un État membre.

Des informations cependant démenties par le gouvernement. "Nous sommes très clairs : la politique du gouvernement est que l'article 50 ne peut pas être prolongé", a commenté le secrétaire d'État au Brexit Martin Callanan, à son arrivée mardi à une réunion entre ministres européens à Bruxelles. "Nous quitterons l'UE le 29 mars de cette année parce que c'est ce que dit l'article 50, c'est ce pour quoi le Parlement a voté, et c'est désormais ce que dit la législation nationale britannique", a ajouté Martin Callanan.

Une option qui serait en discussion. La veille, la secrétaire d'État chargée du Numérique, Margot James, avait suggéré que le Brexit pourrait être retardé afin d'éviter une sortie sans accord entre les deux parties. Une demande d'extension devrait être approuvée à l'unanimité par les États membres de l'UE. "Si une telle demande était faite, nous ne nous y opposerions pas", a réagi mardi le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney.

Selon des sources européennes, le Royaume-Uni discute depuis plusieurs semaines de l'éventualité de reporter la date du Brexit avec des responsables européens. "Il est clair que tout le monde a en tête que cette possibilité existe", a dit une source diplomatique européenne, tout en avertissant que "c'est une option très hypothétique et non le scénario privilégié par qui que ce soit". Selon la même source, une prolongation serait "strictement limitée à quelques semaines ou à quelques mois" - peut-être seulement jusque fin juin ou début juillet.