Iran : le groupe Etat islamique revendique l'attaque contre le défilé militaire

, modifié à
  • A
  • A
Image d'illustration. L'attaque contre le défilé militaire a fait au moins 24 morts.
Image d'illustration. L'attaque contre le défilé militaire a fait au moins 24 morts. © ATTA KENARE / AFP
Partagez sur :
Le groupe Etat Islamique a revendiqué, via son organe de propagande, l'attaque contre un défilé militaire, dans le sud-ouest de l'Iran, qui a fait au moins 29 morts.

Au moins 29 personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées samedi dans le sud-ouest de l'Iran dans une attaque contre un défilé militaire revendiquée par le groupe État islamique (EI), Téhéran accusant un "régime étranger" soutenu par Washington d'être derrière l'opération. Qualifié de "terroriste" par les autorités iraniennes, l'attentat a fait également des dizaines de blessés, dont plusieurs dans un état grave. Il survient dans un climat de tensions très fortes entre l'Iran et les États-Unis, qui s'apprêtent à intensifier début novembre leurs sanctions contre la République islamique.

Capitale de la province du Khouzestan. L'attaque, menée dans la matinée à Ahvaz, la capitale de la province du Khouzestan, peuplée majoritairement d'Arabes, a été revendiquée par le groupe extrémiste sunnite EI. "Des combattants de l'État islamique ont attaqué un rassemblement des forces iraniennes" à Ahvaz, a indiqué l'organe de propagande du groupe djihadiste. Avant la revendication, le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif avait mis en cause un régime étranger soutenu par Washington.

Rohani promet une "réponse terrible" à l'attentat. Le président iranien Hassan Rohani a promis samedi une réponse "terrible" de son pays après l'attaque de samedi, dans le sud-ouest de l'Iran. "La réponse de la République islamique à la moindre menace sera terrible", a déclaré Hassan Rohani, selon un communiqué publié sur son site internet officiel. "Ceux qui fournissent un soutien en matière de renseignement et de propagande à ces terroristes devront en répondre", ajoute le communiqué.