La France a tenté de refouler des migrants mineurs, dénonce Salvini

, modifié à
  • A
  • A
Salvini est parti en croisade depuis une dizaine de jours contre les refoulements à la frontière française.
Salvini est parti en croisade depuis une dizaine de jours contre les refoulements à la frontière française. © ALBERTO PIZZOLI / AFP
Partagez sur :
Le ministre de l'Intérieur italien dénonce depuis plusieurs jours des refoulements à la frontière par des gendarmes ou policiers français. 

La France a tenté la semaine dernière de refouler en pleine nuit des migrants mineurs vers l'Italie, a affirmé mardi le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, qui maintient une présence policière à la frontière.

"La France a cherché à rendre à l'Italie aussi des immigrés mineurs : cela s'est passé le 18 octobre après 22h30, mais nous avons bloqué la procédure", a annoncé le ministre italien d'extrême droite sur les réseaux sociaux.

Salvini invite Castaner à Rome. "Je confirme la présence fixe d'une patrouille à la frontière et je confirme mon invitation à Rome pour le ministre français de l'Intérieur", Christophe Castaner, a-t-il ajouté. "Il est indispensable de clarifier ces épisodes de manière définitive". Arrivé en poste il y a une semaine,  Christophe Castaner avait proposé samedi une rencontre au niveau préfectoral pour "améliorer la coopération".

Matteo Salvini est parti en croisade depuis une dizaine de jours contre les refoulements à la frontière française, dénonçant plusieurs cas récents à Clavière, où gendarmes ou policiers français ont pénétré en territoire italien pour déposer des migrants.

Plus de 45.000 procédures de refoulement depuis janvier. Depuis samedi, il a envoyé des policiers italiens monter la garde à la frontière à Clavière, l'un des différents points par lesquels des milliers de migrants tentent chaque année de passer en France. Beaucoup sont refoulés, souvent à plusieurs reprises. Depuis janvier, il y a ainsi eu plus de 45.000 procédures de refoulement, sur la côte à Vintimille ou en montagne, selon le ministère français de l'Intérieur.

Depuis longtemps, des associations de défense des migrants dénoncent une tendance des forces de l'ordre françaises à refouler aussi les mineurs.