Italie : mystère sur la mort d'un témoin dans un procès contre Berlusconi

  • A
  • A
Imane Fadil, témoin dans des procès contre Silvio Berlusconi, en 2012
Imane Fadil, témoin dans des procès contre Silvio Berlusconi, en 2012 © OLIVIER MORIN / AFP
Partagez sur :
Selon la presse italienne, le décès de l'ex-mannequin Imane Fadil, témoin dans des procès contre Silvio Berlusconi et ses soirées "bunga-bunga", semble être dû à un empoisonnement à des substances radioactives. 

Le récent décès de l'ex-mannequin Imane Fadil, témoin dans des procès contre Silvio Berlusconi et ses soirées "bunga-bunga", est entouré de mystère, la jeune femme semblant avoir été empoisonnée avec des substances radioactives, rapporte samedi la presse italienne.

Une mystérieuse détérioration de santé. Imane Fadil, 33 ans, avait été hospitalisée le 29 janvier dernier dans les environs de Milan et elle est décédée le 1er mars dans le même établissement, a indiqué le procureur de Milan Francesco Greco, annonçant l'ouverture d'une enquête. Selon le Corriere della Sera, l'hôpital où se trouvait la jeune femme a procédé à des examens pour tenter de comprendre quelle était la cause de la détérioration de sa santé et, n'ayant rien trouvé, a envoyé des échantillons à un laboratoire spécialisé de Pavie, dans le nord du pays.

"La présence d'un mélange de substances radioactives qu'il n'est pas possible de trouver normalement dans le commerce". Citant des sources non identifiées, le quotidien écrit que les résultats sont parvenus le 6 mars, cinq jours après le décès de la jeune femme, et évoquent "la présence d'un mélange de substances radioactives qu'il n'est pas possible de trouver normalement dans le commerce". Selon Paolo Sevesi, l'avocat d'Imane Fadil, cette dernière lui aurait confié "sa crainte d'avoir été empoisonnée", indique pour sa part l'agence AGI. 

Témoin dans l'affaire du Rubygate. Imane Fadil est devenue connue du grand public italien quand elle a livré ses témoignages, en 2012, dans le cadre du scandale sexuel et du procès Rubygate portant sur les soirées libertines "bunga-bunga" que l'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi organisait avec des jeunes femmes dans sa villa à Arcore, dans les environs de Milan. Imane Fadil avait alors expliqué que le soir de sa première visite à Arcore, Silvio Berlusconi lui avait tendu une enveloppe contenant 2.000 euros, ajoutant : "ne vous offensez pas". La jeune femme avait aussi décrit "une performance" de deux femmes déguisées en religieuses, avec "ballet sexy" et strip-tease. 

"Elle sombre dans une spirale où dansent des fantômes noirs, de mauvais esprits et des rites démoniaques". Dans le dernier procès en cours de la série Ruby, dans lequel Silvio Berlusconi est accusé de subornation de témoin et qui est toujours en cours, le tribunal avait rejeté en janvier la demande d'Imane Fadil de se constituer partie civile. "Elle écrit un livre qu'elle ne réussit pas à publier et elle sombre dans une spirale où dansent des fantômes noirs, de mauvais esprits et des rites démoniaques", écrit samedi Il Fatto Quotidiano. "Dans sa dernière interview faite au Fatto, en avril 2018, elle se déclare convaincue qu''une secte satanique composée uniquement de femmes' se réunissait à Arcore", rappelle le quotidien.