Italie : Giuseppe Conte désigné chef du gouvernement

, modifié à
  • A
  • A
Juriste de formation, Giuseppe Conte a été convoqué mercredi par le président italien.
Juriste de formation, Giuseppe Conte a été convoqué mercredi par le président italien. © AFP
Partagez sur :
Giuseppe Conte a été officiellement chargé mercredi par le président italien de former un gouvernement d'union antisystème/extrême droite. 

Plus de deux mois après les élections législatives, l'Italie a enfin un Premier ministre. Le président italien, Sergio Mattarella, a chargé mercredi Giuseppe Conte, un juriste proposé par les antisystème et l'extrême droite, de former le prochain gouvernement. "Le président de la République, Sergio Mattarella, a reçu cet après-midi le professeur Giuseppe Conte, auquel il a donné le mandat pour former le gouvernement", a déclaré à la presse le secrétaire général de la présidence, Ugo Zampetti.

"Confirmer la place de l'Italie en Europe". Giuseppe Conte a assuré dans la foulée vouloir "confirmer la place de l'Italie en Europe et dans le monde". "Je suis conscient de la nécessité de confirmer la place de l'Italie en Europe et dans le monde", a déclaré Giuseppe Conte à la presse à la sortie d'un entretien de près de deux heures avec le président Sergio Mattarella. Il a aussi assuré avoir participé à l'élaboration du programme commun présenté par le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite), qui tourne résolument le dos à l'austérité et réclame une renégociation des traités européens.

"Du côté des citoyens". "Avec le président de la République, nous avons parlé de la phase délicate et importante que nous sommes en train de vivre. Là dehors, il y a un pays qui attend la naissance d'un gouvernement du changement et qui attend des réponses", a-t-il fait valoir. "Mon intention est de donner vie à un gouvernement qui soit du côté des citoyens, qui garantisse leurs intérêts", a assuré Giuseppe Conte, juriste et avocat de 53 ans jusqu'alors étranger à la politique et inconnu du grand public. "Je me prépare maintenant à défendre les intérêts de tous les Italiens devant toutes les instances européennes et internationales, en dialoguant avec les institutions européennes et les représentants des autres pays. Je veux être l'avocat qui défendra le peuple italien", a-t-il insisté.